Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17983 photos 1412 albums
26 enduros 7 annonces
5063 vidéos 74 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe associés au tag sur

Articles de pêche de la carpe associés au tag sur

Flux RSS des articles de pêche de la carpe associés au tag sur

Loi sur l'eau 5 questions réponses

Votez pour cet article:Je vote pour cet article13
Article de MacoCapa publié le 1 Mai 2012 à 13:41 dans le blog Maco Capa. Philosophie Carpiste. 77.
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

 Innocent

 
 
 
 Loi sur l'eau  :  5 questions réponses
 
Quels sont nos Droits ? 
 
 
 
 
 
 
 
 
1 /   A qui appartient l'eau ? 
 
 Article L210-1

L'eau fait partie du patrimoine commun de la nation. Sa protection, sa mise en valeur et le développement de la ressource utilisable, dans le respect des équilibres naturels, sont d'intérêt général.

Dans le cadre des lois et règlements ainsi que des droits antérieurement établis, l'usage de l'eau appartient à tous et chaque personne physique, pour son alimentation et son hygiène, a le droit d'accéder à l'eau potable dans des conditions économiquement acceptables par tous.

 

Les coûts liés à l'utilisation de l'eau, y compris les coûts pour l'environnement et les ressources elles-mêmes, sont supportés par les utilisateurs en tenant compte des conséquences sociales, environnementales et économiques ainsi que des conditions géographiques et climatiques.

 

 

2 / Et les berges ? Droit de passage ? 

Article L2131-2

Les propriétaires riverains d'un cours d'eau ou d'un lac domanial ( domanial :public ) ne peuvent planter d'arbres ni se clore par haies ou autrement qu'à une distance de 3,25 mètres. Leurs propriétés sont grevées sur chaque rive de cette dernière servitude de 3,25 mètres, dite servitude de marchepied.

Tout propriétaire, locataire, fermier ou titulaire d'un droit réel ( en gros dans le domaine privé ), riverain d'un cours d'eau ou d'un lac domanial est tenu de laisser les terrains grevés de cette servitude de marchepied à l'usage du gestionnaire de ce cours d'eau ou de ce lac, des pêcheurs et des piétons.

La responsabilité civile des riverains visés au deuxième alinéa ne peut être engagée au titre des dommages causés ou subis à l'occasion du passage des pêcheurs ou des piétons qu'en raison de leurs actes fautifs.


Les propriétaires riverains des cours d'eau domaniaux sont tenus, dans l'intérêt du service de la navigation et partout où il existe un chemin de halage ou d'exploitation, de laisser le long des bords desdits cours d'eau domaniaux, ainsi que sur les îles où il en est besoin, un espace de 7,80 mètres de largeur. La servitude dont est ainsi grevée leur propriété est dite servitude de halage.

Ils ne peuvent planter d'arbres ni se clore par haies ou autrement qu'à une distance de 9,75 mètres sur les bords où il existe un chemin de halage ou d'exploitation.

Le long des canaux de navigation, les pêcheurs et les piétons peuvent user du chemin de halage et de la portion de berge faisant partie du domaine public, dans la mesure où le permet l'exploitation de la navigation.

Ici, comme presque partout, une berge inaccessible en voiture, gage de tranquillité mais impossible d'accès si l'on veut poser ses sacs.  Il est grand temps que cela change : les cartes de pêche ne servent elle pas à payer la location du droit de pêche et l'entretien de ces berges ?  >>

Sur décision de l'autorité administrative, le droit visé à l'alinéa précédent peut exceptionnellement être supprimé soit pour des raisons d'intérêt général, soit pour des raisons de sécurité lorsque les berges sont incluses dans des établissements industriels.

Lorsqu'un cours d'eau est déjà grevé de la servitude prévue au IV de l'article L. 211-7 du code de l'environnement, cette dernière servitude est maintenue. 

Article L2131-3

Lorsque l'exercice de la pêche, le passage des piétons et les nécessités d'entretien et de surveillance du cours d'eau ou du lac le permettent, la distance de 3,25 mètres mentionnée à l'article L. 2131-2 pour la servitude de marchepied peut être exceptionnellement réduite, sur décision de l'autorité gestionnaire, jusqu'à 1,50 mètre.

Lorsque l'intérêt du service de la navigation le permet, les distances de 7,80 mètres et de 9,75 mètres mentionnées à l'article L. 2131-2, pour la servitude de halage, peuvent être réduites sur décision de l'autorité gestionnaire.

 

 

3 / Des travaux polluent l'eau, comment les faire stopper ? Une vidange est prévue, cela risque de colmater les frayères.  

Article L215-10

I. - Les autorisations ou permissions accordées pour l'établissement d'ouvrages ou d'usines sur les cours d'eaux non domaniaux peuvent être révoquées ou modifiées sans indemnité de la part de l'Etat exerçant ses pouvoirs de police dans les cas suivants :

1° Dans l'intérêt de la salubrité publique, et notamment lorsque cette révocation ou cette modification est nécessaire à l'alimentation en eau potable de centres habités ou en est la conséquence 

2° Pour prévenir ou faire cesser les inondations ;

3° Dans les cas de la réglementation générale prévue à l'article L. 215-8 ;

4° Lorsqu'elles concernent les ouvrages établissant ou réglant le plan d'eau ou les établissements ou usines qui, à dater du 30 mars 1993, n'auront pas été entretenus depuis plus de vingt ans ; toute collectivité publique ou tout établissement public intéressé peut, en cas de défaillance du permissionnaire ou du titulaire de l'autorisation, et à sa place, après mise en demeure par le préfet, exécuter les travaux qui sont la conséquence de la révocation ou de la modification de la permission ou de l'autorisation, et poursuivre, à l'encontre du permissionnaire ou du titulaire de l'autorisation, le rembremboursement de ces travaux ;

I bis. - A compter du 1er janvier 2014, en application des objectifs et des orientations du schéma directeur d'aménagement et de gestion des eaux, sur les cours d'eau classés au titre du I de l'article L. 214-17, les autorisations ou permissions accordées pour l'établissement d'ouvrages ou d'usines peuvent être modifiées, sans indemnité de la part de l'Etat exerçant ses pouvoirs de police, dès lors que leur fonctionnement ne permet pas la préservation des espèces migratrices vivant alternativement en eau douce et en eau salée.

 << les autorités s'efforcent de localiser la pollution qui touche à la fois les communes de St-Sulpice- de- Guilleragues et dans une moindre mesure Le Puy, d'une rive à l'autre. ( source sud-ouest.fr)

II. - Les dispositions du I et du I bis sont applicables aux permissions ou autorisations accordées en vertu des articles L. 214-1 à L. 214-6, ou antérieurement à la mise en vigueur de ces dispositions, ainsi qu'aux établissements ayant une existence légale et aux entreprises concédées ou autorisées en application de la loi du 16 octobre 1919 relative à l'utilisation de l'énergie hydraulique. Les modifications apportées en application du I bis du présent article aux concessions visées par la loi du 16 octobre 1919 précitée n'ouvrent droit à indemnité que si elles entraînent un bouleversement de l'équilibre économique du contrat.

III. - Les conditions d'application du 4° du I sont fixées par un décret en Conseil d'Etat.

 

 

 

 4 / Il faut laisser passer les espèces migratrices, comment dénoncer un barrage non respectueux des écosystèmes ?

Article L432-6

Dans les cours d'eau ou parties de cours d'eau et canaux dont la liste est fixée par décret, après avis des conseils généraux rendus dans un délai de six mois, tout ouvrage doit comporter des dispositifs assurant la circulation des poissons migrateurs. L'exploitant de l'ouvrage est tenu d'assurer le fonctionnement et l'entretien de ces dispositifs.

 

Les ouvrages existants doivent être mis en conformité, sans indemnité, avec les dispositions du présent article dans un délai de cinq ans à compter de la publication d'une liste d'espèces migratrices par bassin ou sous-bassin fixée par le ministre chargé de la pêche en eau douce et, le cas échéant, par le ministre chargé de la mer.

Le classement des cours d'eau, parties de cours d'eau et canaux intervenu au titre du régime des échelles à poissons antérieurement au 1er janvier 1986 vaut classement au titre du premier alinéa de l'article L. 432-6.
 
 
 
5 / Mon AAPPMA n'entretient pas ses berges, la VNF ne fait rien. Qui doit Agir ?
 
Article L215-14

Sans préjudice des articles 556 et 557 du code civil et des chapitres Ier, II, IV, VI et VII du présent titre, le propriétaire riverain est tenu à un entretien régulier du cours d'eau. L'entretien régulier a pour objet de maintenir le cours d'eau dans son profil  d'équilibre, de permettre l'écoulement naturel des eaux et de contribuer à son bon état écologique ou, le cas échéant, à son bon potentiel écologique, notamment par enlèvement des embâcles, débris et atterrissements, flottants ou non, par élagage ou recépage de la végétation des rives. Un décret en Conseil d'Etat détermine les conditions d'application du présent article.

                                      Une trentaine d’étudiants de BTS gestion protection de la nature du lycée de Suscinion participent à l'aménagement de l'étang de Mesqeau, à Plougasnou. Le site accueillera la future école de pêche de l'AAPPMA.

 
 
 

 

Thème: Avenir de la pêche de la carpe Lien permanent | Voir le commentaire
Tags: - - - - - - - - -

réflexion sur la presse halieutique

Votez pour cet article:Je vote pour cet article17
Article de MacoCapa publié le 4 Janvier 2012 à 19:24 dans le blog Maco Capa. Philosophie Carpiste. 77.
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

                                                                                                                                              votez !!! ^^


Blog de Maco Capa, Philosophie Carpiste.

 Sourire


Réflexion sur la presse halieutique.


 IL est vrai, pour l'avoir vécu. Qu'une marque qui passe une pub, fait pression ou suggestion.. pour y mettre du publi reportage. Si la rédaction cède, ou si elle accepte, le publi reportage et la pub, prennent jusqu a 70% du contenu des mags (rapport aux articles d'auteur sons aucune promotion). On fait donc payer 70% de promotions aux lecteurs. Je résonne là en tant que lecteur.

En tant que professionnel du secteur, je me refuse à écrire pour un mag qui vante les mérites d'un système que je dénonce. J y ai bien sur été tenté. Mais au fond de moi, la raison, MA raison d'être se situe au delà de l’intérêt de paraître dans tous les sens du terme. Certains tels Mr Eric Dubourtois 

ou MR Christophe Babec ou encore d'autres Lagabbe, Audigué... n'ont pas peur de dire ce qui est la vraie vérité.


   A droite Carpe Nature,  (qui a mis la clée sous la porte debut 2012)!

Par contre, j'affirme et je déplore les choix de nombres d'auteurs, de rédacteurs en chef et de maisons d'éditions, qui enseignent un système consumériste, puisqu il est reconnu que les lecteurs de mags sont essentiellement des jeunes pecheurs venu apprendre. Je déplore l’aliénation d'une génération à qui l'on inculque des valeurs qui sont la mort de de la vrai nature de la pêche? Je parle d'une pêche ou l'eau est un don du ciel , les poissons des offrandes de la création. Je constate la déchéance d'un système qui voit et engendre la mort des milieux aquatiques. Il n' y a pas de morale dans ce monde de la pêche ou cela se limite à être promotionnel (sauf de rares cas isolés).

Combien de marques ou combien de magazines s’investissent pour la sauvegarde du patrimoine naturel? Patrimoine qui est l'essence même de leur business ? A moins que le business se trouve ailleurs ? Dans l'amplification du système actuel ?

Les marques et mags ont t'elles alors l'intéret de ne voir que des plans d'eau privés pour y asseoir leurs pérennité? (Et/où) N'ont elles d'autres volontés que de gagner des tunes? N'ont elles donc aucune humanité alors ? Ou est l'avenir ? Y en a t'il un pour tous, un avenir ou il ne faut pas payer pour avoir quelque chose ?      

  Il y a quelques exemples positifs, ma position n'est que la mienne, je ne dis pas que j'ai uniquement moi raison. Par contre j'ai suffisamment de détachement entre MOI et ce qui est BIEN POUR TOUS POUR DEMAIN.  Si mes goûts sont différents des autres, après tout tant mieux.

Si on apprends pas a ceux qui sont en demande ou se situe la sagesse et l'avenir, la vérité, la nécessité d'agir, la conscience, l'insoumission... Bien là, la presse soumise aux marques et au reste  se fait le relais du diable, déploie le papier rouge à la foulée d'anges dés-aillés.  Mais attention, à trop prêcher près des feux de la géhenne la papier risque de brûler, échaudant  par la même celui qui le porte de sa main.  


Maco Capa. 

Thème: Avenir de la pêche de la carpe Lien permanent | Voir les 9 commentaires
Tags: - - - - - -

Pêche en gravière

Votez pour cet article:Je vote pour cet article7
Article de TomSuncarpe26 publié le 17 Août 2011 à 11:47 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le vendredi 12 août 2011.
Cette année, le calendrier est en notre faveur, le 15 août tombe un lundi. Je vais profiter de ce petit weekend à rallonges pour effectuer une pêche avec mon collègue Hugues, sur une gravière non loin de chez moi.

Il est 15h, je rejoins Hugues et Séverine sur les berges du plan d’eau.
Il y a déjà deux carpistes installés sur le côté sud, mais ils ne restent que pour la journée. De toute manière, nous investiguons les lieux sur le côté nord, donc sans gêne pour notre pêche.

Je vais exploiter le bras nord et Hugues le côté ouest. Nous sortons le matériel petit à petit pour établir notre plan de bataille.

Mon postePoste Hugues


Dans un premier temps, je navigue avec ma barque pour déposer les repères et ma bouée tyrolienne.
La ligne de gauche sera surélevée par ma bouée dans 1m d’eau, au milieu des herbiers devant une branche morte. La seconde dans 4.5m de fond, sur une grosse tache de cailloux. La troisième dans 1.5m, sur une descente de graviers entre deux bandes d’herbes. Puis la dernière, dans 1m de fond, sur du gravier à ma droite.

Je continue la prospection avec Hugues, pour placer ses repères. Ils seront positionnés de la même manière que moi, entre les herbiers et sur les taches de graviers.

Canne à la bouéerepère

Montage

J’esche tous mes cheveux avec une black-tiger pour pallier aux attaques de poissons-chats. L’amorçage est constitué d’un mélange de maïs, noix tigrées et quelques black-tigers.

Suite aux départs des deux carpistes, Olivier peut s’installer sur le côté sud du lac.

Vers 19h, toutes les lignes sont placées selon notre plan tactique.
Nous pouvons commencer à allumer le barbecue et remplir les verres d’une petite anisette bien fraiche.

Toujours aucune touche à minuit, nous regagnons nos duvets pour la nuit.
A 2h30, je suis réveillé par mon détecteur de droite. Je saisis la canne et pars à l’abordage avec ma barque. Une fois au-dessus du spot de pêche, je dégage les herbiers de la ligne pour prendre contact avec le poisson. Le combat est très vif, je doute que le spécimen soit de taille importante. Je hisse une petite commune de 5kg, que je relâche aussitôt.
Je replace le montage et retourne dans les bras de Morphée.

Vers 4h, c’est ma deuxième ligne de droite qui déroule avec vivacité. Comme précédemment, j’embarque jusqu’à la rencontre du poisson. Après quelques rushs et slaloms entre les herbiers, je sors une nouvelle petite commune de 5 à 6kg.

Koï

Au lever du jour, vers 6h30, mon détecteur de gauche sonne deux petits coups. Je sors du biwi pour jeter un œil. L’écureuil est en haut, je ferre immédiatement la canne. Je rame jusqu’à ma bouée pour libérer le fil du mousqueton. Le poisson est bien au bout de la ligne, mon moulinet rend plusieurs mètres de fils. J’aperçois la carpe à la surface quelques mètres plus loin. La clarté du spécimen m’interpelle, serait-ce une koï ?
Après plusieurs rushs, mon hypothèse est confirmée, c’est bien une carpe koï.
Je parviens à mettre le bijou au fond du filet. Avec grande surprise, c’est une koï inconnue à mon cheptel. C’est une magnifique carpe commune de 4kg, mélangeant le blanc, l’orange et le noir sur sa parure d’écailles. Je suis content de découvrir une deuxième carpe de ce type dans cette gravière.

Une demi-heure plus tard, Hugues enregistre son premier départ sur sa canne de gauche, tendue sur la berge d’en face. Nous sautons dans son Zodiac pour libérer le poisson des herbiers. La ligne est sévèrement bloquée dans une grosse motte d’herbes. Il arrive à s’en défaire pour enfin prendre contact avec le poisson. Malheureusement, une fois la carpe près de la surface, l’hameçon se décroche de sa bouche. Hugues est bien déçu !

Nous retendons toutes les lignes aux alentours de 10h.

La journée se déroule sans une touche, sous un soleil de plomb.
François, un collègue de mon club nous rejoint dans la matinée. Il dépose son matériel à côté d’Olivier.

Avant la tombée de la nuit, nous repositionnons les lignes sur les mêmes spots que la veille.

Amour 8.5kg

Vers 20h, en discutant avec Olivier sur son poste de pêche, j’attends le son de l’un de mes détecteurs de touches. L’appel d’Hugues s’en suit très vite. Le poisson est ferré sur la ligne de gauche.
Après plusieurs coups de rame de la part d’Hugues, nous arrivons au-dessus du poisson. Soudain, le spécimen fait un décollage digne d’une fusée spatiale. Hugues fait de son mieux pour maintenir la barque suite à la puissance de ce poisson. Je comprends rapidement pourquoi le combat est de taille et violent. Il s’agit d’un amour blanc. Je finis par le propulser à l’épuisette et le hisser dans l’embarcation. Arrivé sur la berge, mon peson indique le poids de 8.5kg. Je relâche très vite cet amour après quelques photos.

Nous pouvons finir l’apéro et attaquer tranquillement notre « burger-party » organisé par François.

Avec grande déception, le jour se lève sans une touche de la nuit.


Seuls Olivier et François enregistrent trois départs avec deux poissons de 5 et 11kg.

11kg François

La journée de dimanche est encore très calme. Je profite de cet instant pour emmener Hugues faire le tour du plan d’eau. Nous apercevons trois carpes à la surface dans la queue sud, tout au bout du plan d’eau. Aucune trace de poisson de notre côté.

La pluie fait son apparition vers 17h. Nous attendions cette eau avec impatience. Rien de tel pour activer l’activité des poissons.

Amour 9.5kgLa nuit approche peu à peu sans l’ombre d’un départ.
Il faut attendre 23h pour entendre mon détecteur de droite perturber le silence de la nuit.
Avec une bonne bataille, je sors un nouvel amour blanc de 9.5kg.
Pour être franc, je ne pensais pas sortir des amours blancs avec des montages posés à fond. D’habitude, je les pique avec des esches équilibrées.

Un quart d’heure plus tard, c’est ma deuxième ligne de droite qui déroule. Je saute de suite dans la barque pour affronter le spécimen.
Les galères s’enchaînent les unes après les autres.
Le poisson a trouvé le moyen de faire le tour de mon repère. J’arrive à l’en dégager pour retrouver la ligne bloquée dans les herbiers quelques mètres plus loin. Je débarrasse le fil des herbes lorsque le poisson fait un rush monumental. Il se réfugie une nouvelle fois dans un gros tas d’herbes. Je parviens à sortir la ligne, mais la carpe continue à slalomer les obstacles en trainant la barque. J’aperçois une belle carpe commune, je ne voudrais pas la manquer. Je galère encore un bon moment en injuriant le ciel de me donner un coup de pouce.
Je finis par mettre le poisson à l’épuisette avec une grosse motte d’herbier.

Une fois sur la terre ferme, je pèse cette belle commune à 13.6kg. Le combat en valait la chandelle.

13.6kg13.6kg

6kg Hugues

J’ai à peine le temps de reposer la ligne, qu’Hugues enregistre quelques bips sur sa deuxième ligne de gauche. Il ramène doucement le montage à travers les herbiers. Soudain, sa ligne de gauche démarre violemment. Je prends la canne et ferre le poisson. Nous laissons la première ligne avec une brème pendue à l’hameçon, pour partir en Zodiac afin de sortir la carpe.
Je rame le plus vite possible pour regagner la berge d’en face. Le poisson est dans les herbiers. Nous dégageons les herbes, puis emprisonnons la carpe dans l’épuisette. Il s’agit d’une petite commune de 6kg.

Après tous ces événements, nous allons nous coucher.    

Le reste de la nuit est très calme.
L’un de mes détecteurs fait un bip, puis un autre un quart d’heure plus tard, rien d’alarmant.
Certainement une touche de blanc, essayant d’ingurgiter mon appât.

Nous plions notre matériel à midi, pour regagner nos domiciles.

Nous avons passé une très belle session de pêche. Il ne me manquait qu’une carpe miroir pour faire toute la panoplie des espèces. Je pensais tout de même enregistrer un peu plus de touches.
Je suis content qu’Hugues ait sauvé le capot dans ce plan d’eau, d’un niveau de pêche assez élevé.
 

Thème: Sessions de pêche | Département: Ardèche (07) Lien permanent | Voir les 3 commentaires
Tags: -

l'étang communal de Bailleul sur Thérain

Votez pour cet article:Je vote pour cet article11
Article de pierrocarpiste publié le 4 Août 2011 à 05:33 dans le blog aventures halieutiques
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Désription

Létang de ma commune a une superficie de 4ha . Il posséde un cheptel important de grosses carpes . La commune ne s'investie pas trop dans sont entretien ce qui lui donne une allure trés sauvage . Végétation luxuriante, arbres immergés...et je le trouve trés bien comme ca . Le seul probléme c'est que la péche de nuit  y est strictement interdite . Mais rassurez vous il est possible d'y réaliser de trés belles pêches en journnée . Je sait que de nombreux carpistes à l'inverse des autres pêcheurs ne sont pas trés matinaux mais ici le gros de la pêche se faisant en début et fin de journnée ca vaut vraiment le coup . Ici pas besoin de permis on s'installe et le garde passe (ou pas) et c'est 5 euros la journée ou 2 euros pour les habitants .

                                                      

                                                       J'aime arriver avant que le jour se léve!

Comment le pêcher (correctement)

Etang communal ne rime pas forcemment avec carpes faciles à gogo . Il y a ici quelques piéges à éviter!

Le bras qui se trouve du côté aire de pic nic : ne vous y instalez pas car seul les gardons le fréquentent . Je n'ai jamais vu aucun carpiste dérouler sur ce secteur.

La partie qui se trouve juste aprés le bras : en sondant vous y découvrirez un plateau le long de la berge d'en face . Si il est possible d'y attraper des carpes il faut savoir que c'est à peut prés le seul endroit ou vous serez dérangé par les brémes et tanches qui sont énormes sur ce plan d'eau . Vous créerez une agitation qui aura tendance à faire dégager les carpes .

Aprés vous arriverez vers le milieu du plan d'eau : vous arriverez à obtenir quelques résultats en pêchant la pleine eau mais ca reste trés aléatoire le must étant la berge d'en face et plus particuliérement entre les deux arbres à demi immergés . la vous pêcherez directemment dans l'assiétte des carpes . Le plus difficile restera d'éxtirper les poissons de ces obtacles . Le bateau étant interdit . Voici comment je vous conseil de procéder : écrasez l'ardillon de votre hamecon au cas ou, réalisez un bas de ligne en fluocarbone de 35/100 (fusible), coupez à moitié la patte de l'agrafe plomb pour faciliter la perte de celui ci, montez un arraché de dresseine-x en 70/100, votre corp de ligne s'il est en nilon devra faire au moins 40/100, c'est les cannes bien fixées au rod pod, la banniére tendue et les freins des moulinets  serrés à fond que vous atendrez la touche au cul des cannes cela va de soit . En cas de départ ne laissez pas sortir 1cm de fil ferrez et commencez à ramenez le poisson avec autorité jusqua arriver dans le milieu de l'étang ou vous pourrez combatre le poisson normalement.

Si la pêche dans les obstacles vous rebute, rabatez vous vers les postes qui ce trouvent au bout de l'étang . En peignant méticuleusemment le fond vous trouverez des petit herbiers . Les pécheurs locaux les appellent  les  touffes . Il se trouve que les carpes aiment tourner autour de ces touffes .

Quelques photos des carpes de ce plan d'eau que je trouve magnifiques!

Appats et amorcage

les poissons de ce plan d'eau connaissent trés bien la bouillette et il aiment ca . Je n'ai pas remarqué que les amorcages préparatoirs apportés un plus . La peche au spot amorcé trés leger marche mieux que tout le reste ici . Les parfum carné sont trés nétement superieur. Je n'ai pas de recette précise pour cet étang car vu l'infime quantité de bouillettes dont j'ai besoin pour pêcher ici, je préfére les achetées toutes faites . La tiger nuts est également trés bien acceptée .

 

Thème: Destinations et lieux de pêche | Département: Oise (60) Lien permanent | Voir les 7 commentaires
Tags: - -

3 pages  1 2 3»

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2020 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 2 Avril 2012 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages