Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17985 photos 1413 albums
0 enduros 0 annonces
5063 vidéos 74 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe associés au tag l'hiver

Articles de pêche de la carpe associés au tag l'hiver

Flux RSS des articles de pêche de la carpe associés au tag l'hiver

Gravière en hiver

Votez pour cet article:Je vote pour cet article11
Article de TomSuncarpe26 publié le 19 Janvier 2011 à 17:43 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Je vous souhaite une très bonne et heureuse année 2011

 

Nous sommes le 14 janvier 2011.

Je prépare ma première session de l’année. La météo annonce un très beau weekend, je compte bien en profiter.

Cela fait une semaine que les températures sont clémentes, 15°C la journée et plus de 5°C la nuit.

Ma destination principale était le Rhône, mais malheureusement les crues ressentes dans le nord ont fait grossir le fleuve. Le débit ne permet pas une pêche facile, voir même impossible.

Je choisis de me replier sur une gravière non loin de chez moi.

Cela ne va pas être une mince à faire pour sortir une carpe de ce plan d’eau. Il est déjà très compliqué en période estivale, alors l’hiver, bonjour les dégâts !

 

Nous sommes vendredi, je quitte mon boulot vers 17h.

J’arrive sur place une demi-heure plus tard pour commencer à m’installer sur le côté nord. C’est le bras qui emmagasine le plus d’ensoleillement et le moins venté par le froid glacial du nord.

Je dispose mes quatre piquets le long de la berge et remonte deux cannes avec des montages tous neufs.

 

piquetPiquet

 

La nuit gagne du terrain, je pars poser mes lignes en barque à la lueur de ma lampe frontale. J’esche mes quatre cheveux aux pellets de 25mm, muni d’une chaussette soluble garni de petits pellets.

 

Chaussette solublePellets

 

 

Je dépose deux lignes dans 1.5m d’eau et les deux autres dans 4.5 et 5m de fond. Je souhaite voir si le poisson reste dans les profondeurs ou s’il prospecte sur les bordures pour se nourrir.

Je finis par monter le biwy et m’installe pour manger un morceau.

Je suis fin prêt à passer la nuit.

 

Les secondes défilent, les minutes passent, les heures tournent et le petit train du sommeil m’emmène vers le paradis des rêves.

Les seuls bips de la nuit sont provoqués par la traversée des ragondins sur les lignes.

J’aperçois peu à peu le soleil qui montre le bout de son nez et toujours rien !

Vers 8h30, je reçois la visite de Guillaume qui a déjà plié bagage, venant du barrage de la Roche de Glun. Pour lui aussi, la nuit a été chaotique.

Dur, dur l’hiver !

 Repères

 

A partir de 9h, je décide de me lancer à la recherche de nouveaux spots de graviers dans les plus grands fonds. Je trouve deux tâches dans les pentes plongeantes vers les 6m. Avant de perdre toute marque, je jette les repères.

 

 

 

 

La journée est splendide, le soleil brille de tous ses rayons, faisant monter la température à plus de 18°C. Malgré cet ensoleillement, l’eau n’excède pas les 6°C.

Je comprends que nos amies les carpes restent avec le groin dans la vase.

Cette fois, je vais pouvoir poser mes lignes de jour. Je commence à préparer les amorçages et esches vers 16h, pour retendre les montages.

Je remplace deux lignes aux pellets, par des bouillettes carnées. A tout hasard, je laisse un montage dans 1.6m d’eau. Ce spot est très productif l’été, je reste curieux de sa rentabilité l’hiver, mais sans me faire trop d’illusions.

Les rayons du soleil s’estompent peu à peu pour laisser place à la lune.

Il est 20h, mise à part une légère activité de blanc, c’est le néant.

Quelques heures plus tard, je m’emmitoufle dans mon duvet pour rejoindre les bras de ma douce, la douce de mes rêves bien-sûr !

Au milieu de la nuit, je me réveille et sors la tête du sac de couchage. Je suis saisi par la fraîcheur stagnante dans le biwy. C’est en allant faire un besoin naturel que j’aperçois le givre sur le tapis de réception et les feuilles mortes. En effet, ça caille !

 

GivreGel

 

 

Par fainéantise, je retourne me coucher sans installer le chauffage.

 

Au lever du jour, les écureuils sont encore figés sur le positionnement de la veille. Je n’enregistre pas une seule touche de la nuit.

C’est vers 8h que j’attends le premier son de l’un de mes détecteurs de touche. Je fonce vers la canne, mais je comprends très vite de quelle prise il s’agit. Deux pêcheurs en float tube sont sur mes lignes, rien de grave, mais une belle touche.

 

Je plie bagage vers 10h, en laissant le beau soleil sécher mon matériel.

 

J’ai tout de même passé une belle première session 2011, en profitant de deux belles journées ensoleillées. Le poisson n’était pas au rendez-vous, je connaissais parfaitement la difficulté de cette pêche. C’est sur les échecs que l’on se perfectionne.

Thème: Sessions de pêche | Département: Ardèche (07) Lien permanent | Voir les 2 commentaires
Tags: - -

Retour sur le vieux Rhône

Votez pour cet article:Je vote pour cet article12
Article de TomSuncarpe26 publié le 22 Mars 2010 à 12:14 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Nous sommes le vendredi 12 mars 2010.

Pour donner une suite à ma jolie pêche du 19 février avec mon club Suncarpe26, j’ai décidé de retourner sur les berges du Rhône, près de Cornas.

Je vais partir pour 48h de pêche non-stop, sur le même poste que la dernière fois.

 

Il est 17h, je quitte le boulot avec la barque attelée au Kangoo.

J’arrive sur place vers 17h15, les berges sont désertes. Il fait très beau, mais le vent du nord glacial est encore fortement présent.

Comme d’habitude, je décharge la barque et installe mon matériel.

 

PostePoste

 

 

Spot

   

 

 

Par manque de temps, avant la tombée de la nuit, j’utilise les piquets munis des détecteurs de touches, de la semaine dernière.

J’installe mon nouveau joujou sur la barque. Un petit moteur thermique de 2.5cv, qui me permettra de faire face au vent et gagner un temps précieux avant la nuit noire.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

appât

 

 

 

 

 

 

Les cannes sont prêtes, avec quatre lignes eschées au pellet de 25mm et quatre chaussettes solubles de pellet en 7 et 15mm.

Je tends mes lignes de la même manière que la dernière fois. Toutes sur la berge d’en face, dans les descentes de roches.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Par précaution, j’utilise le moteur jusqu’à 30m de la zone de pêche et finis à la rame, pour ne pas effrayer les carpes qui peuvent être déjà présentes sur le coup.

 

Les lignes sont opérationnelles vers 18h30, juste avant la nuit.

Il fait déjà très froid et le vent glacial amplifie le phénomène.

 

Je m’abrite dans le biwy avec le chauffage et mange un morceau vers 20h. Il est dur de faire une pêche en solitaire dans cette période hivernale. J’écoute de la musique et me couche à 22h30.

 

Je suis réveillé par quelques bips intempestifs, dus au vent qui souffle dans mes bannières.

Puis à 5h, l’écureuil de ma canne de gauche descend. Pendant que je sors de ma tente, le détecteur s’emballe, le départ devient violent.

Je prends la canne et ramène doucement un petit poisson naviguant de gauche à droite. Je pose sur le tapis de réception, une petite carpe commune de 6kg.

Je la relâche aussitôt, sans prendre de photo.

 

Je replace la ligne à la rame, sans utiliser le moteur, pour me faire le plus discret possible.

 

Je me lève à 9h, avec un bon petit déjeuner.

La matinée est plutôt calme, j’en attendais beaucoup mieux.

 

Je passe le début d’après midi sur ma barque, avec mon écho-sondeur. Je repère quelques zones intéressantes, avec plusieurs digues de roches immergées.

 

Pour la deuxième nuit, Seb me rejoint vers 15h.

Il s’installe cinquante mètres plus bas, pour que l’on puisse passer la soirée en commun.

 

Je retends mes lignes vers 16h, avec l’aide de mon moteur, pour affronter ce vent de mer...!

 

Je mange avec Seb sur les coups de 20h, puis il regagne son couchage vers 22h.

 

Le vent souffle en rafale toute la nuit, sans relâche.

 

 

 

8kg

 

 

Je suis réveillé vers 3h, une nouvelle fois par ma canne de gauche.

Je saisis la canne et prends contact avec le poisson. Cela n’est pas très violent. C’est en arrivant au bord, que je commence à ressentir quelques rushs dans le scion de ma canne. Mais sans difficulté, je glisse à l’épuisette une carpe commune de 8kg. Je fais simplement quelques photos sur le tapis.

Je profite d’une petite accalmie de vent, pour retendre la ligne à la rame.

 

 

 

 

 

 

J’ai à peine le temps de me rendormir, que ma deuxième ligne de droite déroule à son tour. Après un petit combat sympathique, je sors une nouvelle commune de 9kg.

Je retends la ligne aussitôt.

 

 

 

 9kg9kg

 

 

Au lever du jour, c’est l’écureuil de la deuxième canne de gauche qui fait une chute vertigineuse. Je prends le canne et mouline pour tendre la ligne jusqu’au contact. J’ai beau tirer, rien ne vient !

La ligne est bloquée dans les roches. Je saute dans la barque pour décoincer le montage. Malheureusement, le poisson s’est libéré de l’hameçon.

 

Pendant la nuit, Seb fait une décroche, sur un petit poisson.

 

Nous plions vers 10h, pour laisser la nature reprendre le cours de sa vie.

 

Je devrais être satisfait de cette pêche pour un mois de mars encore très froid. Mais je suis un peu déçu de ne pas avoir dépassé les 10kg. Enfin, 4 départs sur le Rhône, dans une eau à 7°C, je ne vais pas m’acharner sur mon sort.

   
Thème: Sessions de pêche | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 8 commentaires
Tags: -

Pas chaud du tout !!!

Votez pour cet article:Je vote pour cet article5
Article de NICO37 publié le 7 Mars 2010 à 17:34 dans le blog TOURAINE DIABOLIQUE CARPE 37
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Salut à vous tous, un petit article pour vous parlés de notre petite nuit très fraiche.

Hier soir mon collègue de pêche Vincent (viny37) et moi même sommes partis pour faire une petite nuit à l'arrache sur notre petite gravière privée de Vouvray.

Malgrés les températures annoncées et le désaccord du propriétaire de voir des pécheurs autour de cette belle étendue d'eau, on décide de s'y rendre quand même. Il est 21h30 et nous partons de chez nous avec de grandes éspérances de faire au moins un poisson car connaissant le cheptel de ce lieux, nous pensons que ça peut le faire.

 Petit point température en arrivant sur les lieux vers 21h40, il fait 1 degrés mais cela ne nous dérange pas car il n'y a pas de vent et la sensation de froid n'est pas présente car l'excitation de faire du poisson est plus forte.

Nous décidons de faire un petit tour de repérage avant de nous installé car avec les précipitations de ces derniers jours, l'eau est très haute et peu d'endroit sont pêchable car les lieux sont très sauvages. Et puis on en profite pour voir si le proprio est là ou pas. Après un accord avec Vince nous décidons d'exploités le poste 2 (voir la photo).

L'installation du matos prend un peu de temps car il faut placé les rods dans l'eau tout en étant super discrét. Il est 23h15 et toutes nos cannes pêchent enfin. Température 0 degrés mais le ciel est couvert donc c'est bon, température de l'eau 8 degrés, pas mal pour le temp qu'il fait. C'est parti, l'attente commence.

Quelques bips sur une des cannes de Vince nous donnes de grand espoirs, mais hélas nos espoir vont s'éffondré car le ciel se découvre et le vent glacial s'invite, la température descent maintenant sous les 0. Nous sommes sans tentes ni duvet car trop voyant seul les arbres nous protège de ces rafales. Le système démmerde doit se mettre en route alors nous décidons de déplir les fourreaux en deux et de nous en servir comme "duvet". A 3h30 et malgrés toute notre volonté et notre passion pour cette pêche ça devient trop dur de lutter contre ce froid et nous devons nous rendre à l'évidence, ont doit abdiquer devant les éléments de la nature.

Ce n'est que partie remise....

Notre lieux de pêche en été. En ce moment, l'eau est dans le bois qui l'entoure. Cette nuit le poste jaune était le seul praticable.

(pour info: GOOGLE HEARTH  47°23'53.86"N  et  0°49'35.98"E )

A plus les amis...








Thème: Pêche de nuit | Département: Indre et Loire (37) Lien permanent | Voir les 5 commentaires
Tags: -

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2021 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 2 Avril 2012 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages