Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17983 photos 1412 albums
8 enduros 1 annonces
5063 vidéos 74 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe associés au tag france

Articles de pêche de la carpe associés au tag france

Flux RSS des articles de pêche de la carpe associés au tag france

Coupe de France des clubs 2013

Votez pour cet article:Je vote pour cet article8
Article de TomSuncarpe26 publié le 21 Janvier 2014 à 18:57 dans le blog Session 2009 à 2013
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Pendant l’assemblée générale de notre club Suncarpe26 du mois de janvier 2013, nous avions décidé de nous inscrire pour le championnat de France de la coupe des clubs 2013.
Cela va se dérouler pas très loin de chez nous, sur trois plans d’eau autour de la ville de Bollène, dans le Vaucluse.

Cela inculque de préparer trois équipes de deux pêcheurs et un capitaine.
En ce début d’année, les esprits sont encore vagues, mais les binômes se mettent déjà en place.
Les binômes seront composés de Denis et Guillaume (n°1), Olivier et moi (n°2), puis Irwin et Pierre-Alain (n°3), avec notre capitaine Xavier.

Les mois défilent à vitesse grand V, pour enfin arriver à la date fatidique du mercredi 16 octobre 2013.

Nous faisons le chemin ensemble pour arriver au QG du GN Carpe, vers 16h.
Nous procédons à la validation des équipes et trinquons avec les participants des autres clubs de France.

En soirée, nous faisons route vers la salle des fêtes du village de Mondragon.
Nous sommes très bien accueillis pour participer au premier tirage au sort.

Dans un premier temps, nous sommes appelés par ordre alphabétique de club. Alors avec notre « S », nous sommes appelés avant-derniers pour définir notre ordre de passage et pour les tirages suivants.

Une fois que les 14 équipes précédentes ont un numéro de passage, c’est Xavier qui plonge la main au sac.
Il fait un bon tirage avec le numéro 5.

Après chaque numéro distribué, nous allons procéder au tirage des secteurs, qui sont déterminés par les trois plans d’eau.
-    Secteur A : plan d’eau du Troplong
-    Secteur B : plan d’eau de Lapalud
-    Secteur C : plan d’eau des Brotteaux

C’est donc en cinquième position que Xavier est appelé à monter sur l’estrade, pour désigner notre sort.
Il tire d’abord la lettre A, cela signifie que notre équipe 1, Denis et Guillaume seront confrontées au plan d’eau du Troplong.
Puis la lettre B, donc Olivier et moi seront sur le plan d’eau de Lapalud, et enfin Irwin et Pierre-Alain aux Brotteaux.

Dans l’ensemble, la répartition des équipes nous convient assez bien.
La plus grande difficulté sera certainement sur le lac des Brotteaux qui est très peu pêché habituellement.

L’attribution des postes par tirage au sort se fera demain matin.

Nous terminons cette soirée par un bon repas mijoté par Pascal Bailleux.
Nous dévorons une gardiane de taureau accompagnée de riz, et finissons par un morceau de tarte aux pommes.

Il est déjà tard, nous regagnons le camp de base monté près du QG.
L’excitation se fait ressentir autour des différentes équipes.

La nuit est assez agitée, mais nous trouvons tout de même le sommeil.

Le réveil des portables sonne à 6h45.
Nous plions les bedchairs pour aller prendre le petit déjeuner.

Vers 7h30, nous recevons la feuille de tirage.
Elle est composée de 16 lignes numérotées de 1 à 16, indiquant les 3 postes attribués au secteur.

Je ne vous mentirai pas si nous avions déjà nos préférences.

8h pétante !

Le capitaine de l’équipe n°1 s’approche du sac contenant les boules.
L’histoire se répète jusqu’à la quatrième, puis enfin, Xavier s’avance pour tirer le numéro magique.
Il tient en sa main le numéro 1.
Après un rapide coup d’œil sur la fiche de tirage, nous sommes satisfaits de ce tirage.

Guillaume et Denis seront sur le poste A1, l’un des cinq meilleurs postes du plan d’eau.
Olivier et moi serons au numéro B6, certainement l’un des trois meilleurs.
Pour Irwin et Pierre-Alain, le poste C12 semble intéressant aussi, en bout de pointe.

Après une photo de groupe, nous grimpons tous dans les voitures pour rejoindre nos destinations.

Une fois sur place, nous découvrons notre poste, en limite de la réserve, côté nord.
Nous avons pas mal de place pour exploiter la surface d’eau qui se présente à nous. Il n’y a pas de concurrent sur la berge opposée.

Nous nous installons confortablement et stratégiquement pour rentrer dans le ring de compétition.


Il est 11h, nous pouvons commencer à sonder notre zone de pêche.

Voici comment se présente notre poste :
Notre bordure plonge rapidement à 7m.
A 30m du bord sur notre droite, nous découvrons un énorme haut-fond culminant à 2m. Certainement une grosse bute de gravier restant de l’exploitation de cette ancienne carrière.

Sur ma gauche, il y a également un plateau avec un point à 5m, puis une décente à 9m en direction de la berge d’en face.
La rive opposée se trouvant à 120m est aussi raide et bordée de roseaux.

Après ce sondage méticuleux, nous préparons les quatre lignes.
Je positionne un montage au pellet de 15mm sur ma gauche en bordure, dans 5m d’eau.
Puis un second à la bouillette Hot Demon de 14mm en bonhomme de neige, sur la pente descendante derrière le haut fond.

Olivier expulse un montage à la bouillette SK30 de 10mm, sur la bordure d’en face. Nous profitons du vent dans le dos pour envoyer des bouillettes au cobra.
Il lance la deuxième ligne sur la droite du haut font.

En fin de journée, nous apprenons que le poste B11 à déjà 5 poissons sur le tapis.
Cela nous fait vraiment cogiter !
Ca part fort pour cette équipe.

La nuit tombe doucement sur cette journée de jeudi.



Le sommeil se fait ressentir vers 22h30.
Je connecte mon réveil toutes les 4h pour changer mon pellet, et allons nous coucher.

A peine le temps de fermer les yeux, le détecteur d’Olivier s’emballe.
C’est la ligne d’en face.

Il établit le contact, mais le poisson se décroche au bout de quelques tours de manivelle.
Grrrrrr !!!! Crotte, crotte … !

Olivier relance aussitôt le montage soigneusement clipper avant. Nous ne voudrions pas pêcher les rats dans la roselière d’en face.
Le vent est encore bien présent, nous permettant de faire un rappel de bouillette.

Les émotions nous tiennent éveillées, le sommeil est dur à trouver.

Minuit sonne !
Suivi en harmonie avec le détecteur de touche à Olivier.

Je sors le premier du biwi et me jette sur la même canne que précédemment. Je ferre et manipule la ligne telle une épée d’escrime. Avec justesse et sans lui laisser de chance.

Je parviens à ramener notre première carpe commune.
Ouf ! La bredouille est déjà sauvée !

Sans perdre de temps, je m’occupe de mettre le poisson au sac de conservation, pendant qu’Olivier réexpédie le montage sur orbite.

Vers 2h du matin, la ligne redémarre à vive allure.
Olivier sort comme une trombe et met fin au sifflement du détecteur.

Il ramène sans trop de difficulté une nouvelle petite commune.
Comme précédemment, je gère le poisson et lui le montage.

A 4h, c’est au tour de ma ligne de droite derrière le haut fond. Je me saisis de la canne et prends contact.
Après quelques tours de manivelle, une jolie petite carpe miroir est emprisonnée dans l’épuisette.

Je replace aussitôt la ligne au même endroit.
Toutes nos lignes sont repérées d’un coup de marqueur noir ou d’un élastique sur le nylon.
Les distances de pêche sont forcément bonnes jour et nuit.

Nous arrivons finalement à dormir sur le matin. Nous n’avons pas enregistré d’autre touche jusqu’à notre levé, vers 8h.

Nous recevons la visite des commissaires pour peser les poissons capturés cette nuit.
Nous avons tout de même une carpe de 6kg qui s’additionne au poids total.

Ce matin, nous apparaissons deuxièmes au classement, derrière le poste B11 et cinquième au classement général.

 

De notre côté, la journée est très calme. Pas moyen de piquer un poisson de jour.

Les émotions de cette journée de vendredi sont tournées vers le plan d’eau du Troplong. Notre équipe Denis et Guillaume enregistre quatre départs.
Avec beaucoup de difficultés dans les herbiers, ils parviennent à sortir deux poissons, de 8 et 13kg.
A leur tour, il rentre à la quatrième place du classement, nous propulsant à la première du général de 20h.

Nous sommes tous remontés comme des horloges.
Il faut garder la tête.

Avant la nuit, nous positionnons deux lignes sur la berge d’en face, avec quelques spombs de bouillettes et de chènevis.

Le soleil bascule peu à peu derrière les collines, laissant place à l’obscurité de la nuit.

Nous sommes aux aguets, prêt à bondir sur les cannes.

Vers 22h, ma canne de gauche déroule.
Je prends contact et ramène une nouvelle petite carpe commune.

Je réexpédie rapidement le montage sur la rive d’en face.

Cette ligne enregistre une nouvelle touche à minuit.
C’est encore une petite commune qui remplit un sac de conservation.

Nous sommes vraiment chauds bouillant pour la suite de la nuit.

Malheureusement, c’est le calme plat jusqu’au lever du jour.
Le plus inquiétant est le nombre de départ que nous avons entendu chez les voisins d’en face, au poste B5.

De plus, nos deux équipes n’ont rien fait cette nuit.

Dans la matinée, le verdict tombe.
Nous sommes plus que troisièmes sur notre plan d’eau, à quelques grammes du poste B5 et à 13kg des premiers au B11, mais à la seconde place du général.

 

Nous misons beaucoup sur Irwin et Pierre-Alain encore capot.
Il suffit d’un poisson pour nous placer premier au classement général.
Pour le moment, aucun club n’est parvenu à prendre du poisson sur les trois plans d’eau.

La tension est à son maximum.
Nous sommes vraiment à rien d’une belle victoire.

Cette journée de samedi est déconcertante.
Rien à faire !
Même avec des bas de lignes décollés de plusieurs mètres, les carpes ne se laissent pas duper.

Notre équipe au poste C12 commence enfin à apercevoir du poisson en activité.
L’adrénaline monte peu à peu avant l’arrivée de la nuit.

Sur notre plan d’eau, il se fait seulement quelques poissons contre la digue au sud.
Mais nous sommes très confiants pour cette dernière nuit, car le vent est maintenant de face.

Nous sommes conscients que tout va se jouer là.

Vers 21h, le détecteur d’Olivier s’emballe violemment.
Il s’agit du montage placé sur notre bordure, à seulement quelques mètres devant nos pieds.

Mon coéquipier engage le combat et je commence à préparer l’épuisette.
Quand soudain !
Mon détecteur de gauche siffle à son tour.

Je lâche tout est me jette sur la canne.

Pendant ce temps-là, Olivier tente d’emprisonner son poisson à l’épuisette, puis c’est le drame !
L’hameçon s’échappe de la bouche de la carpe.
J’espère que le bon Dieu me pardonnera, car j’ai juré plein de vilaines choses.

Je me console péniblement en capturant mon petit poisson.

Nous regarnissons nos cheveux et repositionnons les montages.

A peine une heure plus tard, mon détecteur de gauche émet un bip.
Je me lève brutalement de ma chaise, pour voir ce qui se passe.

Rien, puis mon swinger monte doucement.
Je prends immédiatement la canne en main pour ferrer.

Et là !
Le poisson me lance un rush terrible.
La bobine de mon Emblem tourne à grande vitesse sans que je puisse faire quoique se soit.

C’est avec panique que j’aperçois mon fil encore clippé à la bobine.
Eh oui !
Vu les petites touches précédemment enregistrées, j’avais laissé le nylon clippé après mon lancer sur la berge d’en face.
Quelle erreur !

J’évite le drame de peu. Je m’en sors en arrivant à le débloquer du moulinet, avec le doigt.
Je vois que Dieu m’a déjà pardonné !

Le combat est impressionnant.
Cela n’est certainement pas un poisson de quelques kilos.

Au bout de plusieurs minutes, nous apercevons une lueur blanche près de la surface.
C’est une belle carpe commune, certainement de plus de 10kg.

Encore quelques rushs sur la bordure, puis le poisson glisse à l’épuisette.
Un grand cri de joie sort de ma bouche.

Nous déposons cette belle prise sur le tapis de réception et l’enfermons dans le sac de conservation, avant la venue des commissaires.

Nous recevons leur visite vers 23h30.
Nous tarons le peson et positionnons ce beau poisson dans le sac de pesé.
Une fois le sac suspendu au crochet du peson, les digits se figent sur 11.2kg.


C’est le plus gros poisson pris sur ce plan d’eau.
La joie se fait sentir sur le poste.

Dans la foulée, nous pesons notre deuxième petite carpe à un peu moins de 3kg.

Après le départ des commissaires, l’heure est aux calculs.

Sachant que la moyenne des prises sur ce plan d’eau est d’environ 3kg, notre carpe de 11.2kg en vaut quatre.

Après les diverses additions, nous passons premiers à 3.170kg du poste B11 et premier au classement général.
D’ailleurs, même en étant second, nous devrions être à la première place du général.
 
Cette dernière nuit, l’excitation est à son comble.
Impossible de dormir dans ces conditions.

La première partie de nuit a démarrée en folie, mais certainement trop vite.
Malheureusement, avec grande déception, nous n’enregistrons aucune touche par la suite.

Au lever du jour nous sommes tendus, car le poste B11 a certainement refait quelque chose.

Aux alentours de 8h, une grande nouvelle tombe.
Nous recevons un SMS de Pierre-Alain nous annonçant une prise ce dernier matin.

Nous n’en croyons pas un mot et l’appelons dans la foulée.
Sa voix pleine de bonheur nous affirme rapidement que cela n’est pas une plaisanterie.

Olivier et moi respirons un grand coup et éclatons de joie.
Nous sommes très certainement champions de France.

Vers 8h30, nous recevons les commissaires sur notre ring pour prendre les nouvelles.
Ils n’en savent pas bien plus pour le moment, car ils commencent par nous.

Après leur départ, nous n’attendons qu’une chose.
C’est de voir au loin s’ils s’arrêtent pour peser du poisson au poste B11.

Une demi-heure plus tard, nous voyons un carpiste du poste B11 descendre près de l’eau pour monter un sac de conservation à la pesée.
Ils pèsent une carpe et repartent vers les autres pêcheurs.

J’espère vraiment être premier sur notre plan d’eau.
Il faut que leur carpe fasse moins de 3.170kg.

L’attente des commissaires est longue. Nous sommes stressés de connaître le verdict.
Au bout d’une bonne demi-heure, le jugement va tomber.
La voiture des commissaires s’arrête derrière notre poste et je bondis à leur fenêtre.

C’est avec regret qu’ils nous annoncent que nous sommes 300g en-dessous du poste B11.
Sur le coup, je tire la gueule et suis très déçu.

Ils redémarrent en faisant quelques mètres, puis descendent de la voiture pour me dire que c’est l’inverse.
C’est nous qui sommes devant car leur poisson faisait moins de 3kg.

La supercherie avait bien pris.

Nous éclatons de joie après cette bonne nouvelle.
Nous finissons bien à la première place de ce plan d’eau, à quels grammes du poste B11.

La dernière heure d’attente est longue.
Nous attendons patiemment le coup de sifflet final en rangeant nos affaires.

Les minutes passent et la fin est annoncée par un klaxon.
C’est très heureux que nous levions les bras au ciel. A moins d’un gros changement de dernière minute, nous sommes champions de France.

Nous terminons de plier bagage et nous nous rejoignons tous au plan d’eau du Trop long, pour célébrer cette belle performance.

Nous finissons par regagner la salle Georges Brassens de Bollène, pour la proclamation des résultats et la remise des prix.

Les équipes sont appelées de la dernière à la première place.
Nous arrivons à l’annonce du podium pour les trois premiers.

3ème : Le club “Kolomcarp”
2ème : Le club “carpe club d’Osthouse”
1er : Le club “Suncarpe 26”

C’est avec un grand sourire que nous montons sur la plus haute marche du podium.

 

Ce fut une très belle expérience individuelle et collective.
Nous sommes un club avec un noyau solide et une très bonne entente.

Je crois que cela a vraiment compté tout au long de la compétition.

C’est avec plaisir que nous remettrons notre titre en jeu lors de la prochaine édition.



Thème: Sessions de pêche | Département: Vaucluse (84) Lien permanent | Voir le commentaire
Tags: - -

Championnats de France 2010

Votez pour cet article:Je vote pour cet article19
Article de couzchain publié le 3 Août 2010 à 13:08 dans le blog PASSION CARPISTE
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Les heures défilent à toute vitesse, nous ne voyons aucune activité pour nous indiquer que les carpes sont là, hormis peut-être une zone inatteignable avec une canne longue distance digne de ce nom. Nous avons sondé le poste et n'avons pas trouvé grand-chose pour installer confortablement nos montages, beaucoup d'herbes, heureusement pas encore trop prononcé et quelques petites zones sablonneuses à travers. Le secteur de longue et moyenne distance n'est pas des plus attirant, nous l'amorcerons assez largement pour capter un maximum de carpes, n'oublions pas qu'ici le cheptel est très prolifique. Guillaume variera ses appâts, bouillettes et graines, pour cette première nuit, je prendrais les mêmes options car on ne connait pas les mœurs des poissons sur ce plan d'eau.

De mon côté, je n'ai pas non plus quelque chose de significatif au fond, si ce n'est une bande de petits cailloux qui jure au milieu du reste. Elle s'étend de dix mètres après la bordure jusqu'à environ quarante mètres. J'amorce petitement à la bouillette et y place soigneusement un montage. J'ai à ma droite une très belle bordure mais difficilement pêchable, nous nous contenterons ce soir de faire un petit chemin d'amorce jusqu'à mon esche, deux petites noix tigrées. Nos montages sont assez simples, lead-core, plombs in-line, fluorocarbone et petits hameçons, nous ne connaissons pas l'état des lèvres des carpes et on avisera au cas où.

A l'heure du coucher, la canne de bordure déroule, magnifique. Nous avons à faire à une petite carpe pleine de fougue qui fait plier la Dream Maker. Après un joli combat, nous mettons à l'épuisette une belle commune. Quel bonheur que de faire un poisson avant de dormir, de quoi ne pas nous faire fermer l'œil de la nuit. Au lever du jour, un deuxième poisson rejoint le tapis de réception, voilà notre troisième carpe au sec. Au classement du vendredi matin, nous sommes neuvièmes, il ne faudra pas être plus bas pour avoir toutes les chances de nous qualifier. Il va falloir exploiter un maximum  cette bordure très prometteuse.

La journée du vendredi est placée sous le signe de la malchance, je décroche une petite commune tanquée dans les arbres plongeants du bord. Guillaume aura aussi droit à sa décroche sur une canne au loin après un très beau run. Je finirais cette série par une casse de mon bas de ligne dans un obstacle encore inconnu et très viril entre mon coup de bordure et la langue de petits cailloux. Cette journée pourrait nous faire très mal mais nous ne nous laissons pas aller pour autant, nous passons cependant à la onzième place au classement général.

Heureusement lors de la seconde nuit, la canne de bordure nous comble de bonheur. Nous totalisons trois carpes de plus au petit matin, de belles mais fines communes. Nos combats se sont bien finis et nous ne perdons plus de poissons, nous laissons faire les carpes et jouons sur leur extrême amabilité à venir joindre l'épuisette, la douceur a du bon. L'équilibrage des appâts n'est sans doute pas étranger à cela, les carpes sont quelques peu tatillonnent. Les autres cannes restent muettes, notre pêche est sur la bordure, comme d'ailleurs 95% de nos concurrents. La journée du samedi nous rapportera une nouvelle carpe, nous voici huitième au classement.

La dernière nuit sera tendue car notre voisin du poste 10 commence à pêcher la bordure, ce qu'il n'avait pas fait jusque là et nous a sauvé dans notre pêche. Nous avons su rester très discrets dans nos amorçages et nos reposes de lignes. Une seule petite commune sera au sac en ce dimanche matin, nous avons au final une moyenne de poids très basse mais nous finissons tout de même avec huit poissons, ce qui est très satisfaisant sur le secteur au vu du classement final.

Nous finirons neuvième de la manche lac mais avec encore toutes nos chances de nous qualifier. La manche rivière va être des plus intéressantes et captivantes.

Thème: Enduros et compétitions | Département: Drôme (26) Lien permanent | Voir les 6 commentaires
Tags: - -

Championnats de France 2010

Votez pour cet article:Je vote pour cet article20
Article de couzchain publié le 14 Juillet 2010 à 07:45 dans le blog PASSION CARPISTE
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Après avoir attendu l'ultime instant, nous avons décidé, Guillaume et moi de nous inscrire pour les Championnats de France de pêche à la carpe. Notre entente, en dehors et au bord de l'eau est bonne et nos pêches différentes font de nous une équipe homogène. De plus les sites choisis pour l'occasion nous donnent pleinement confiance, le lac de Villeneuve de la Raho et la Rhône à Aramon. Il nous faudra cependant passer les qualifications régionales avant de voir plus loin.

Nous voici donc en ce week-end du premier mai sur les berges fortes accueillantes du plan d'eau de la Comtesse à Perreux(42) près de Roanne. Le cheptel est tel que toutes les équipes pourront prétendre défendre leurs chances, des postes sont cependant beaucoup plus difficiles que d'autres mais tout le monde pourra toucher du poisson. Pour prétendre être dans les 5 premiers de Rhône-Alpes et donc qualifiable, il va falloir faire preuve de finesse et de tactique d'équipe. Nous optons pour le poste 9, notre tirage au sort ne nous a encore pas été favorable. Cependant, c'est le poste où nous nous étions arrêtés longuement lors du repérage précédent la compétition, peut-être un signe du destin !!!

Guillaume tiendra la pleine eau et la longue distance, une pêche où il excelle, pour ma part j'aurais la moyenne et la bordure. Nous pêchons direct, sans sondage ni amorçage, une technique parfois payante avec de simples bouillettes flottantes. Nous pratiquerons cette pêche, deux ou trois heures suivant notre instinct et surtout des résultats alentours, une tactique à quitte ou double. Nous tenons toute la zone qui nous est donnée, les fils sont coulés pour plus de discrétion. Une heure et demie plus tard, les premiers bips surviennent à longue distance. La tension est palpable mais Guillaume parvient à nous sortir une belle miroir et nous renvoie le capot aux oubliettes.

Cependant, les nouvelles ne sont pas très bonnes car nous ne sommes pas les seuls à avoir décapoter, certains postes déjà en nombre et avec des poids à nous faire pâlir, mais c'était prévisible. Notre secteur risque d'être productif et notre poste, comme nous le pensions, loin d'être une foudre de guerre. Tant pis, il va falloir nous enlever les doigts du c-l et tout y arracher. Telle est notre devise pour ces qualifications, nous ne voulons pas avoir de regret à la fin et nous dire que nous n'avons pas fait ce qu'il fallait. Nous tiendrons jusqu'au bout et notre objectif principal, ne pas prendre trop de point pour avoir toutes nos chances lors de la manche rivière. Nous visons au maximum le milieu de classement lors de cette manche lac...............

Thème: Enduros et compétitions | Département: Ain (01) Lien permanent | Voir les 8 commentaires
Tags: - -

Manches qualificatives Rhône-Alpes 2007

Votez pour cet article:Je vote pour cet article2
Article de couzchain publié le 16 Mai 2007 à 13:08 dans le blog PASSION CARPISTE
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email
 

Du 22 au 30 avril 2007 ont eu lieu les manches qualificatives Rhônes-Alpes/PACA pour les championnats de France de pêche à la carpe. 17 équipes des 2 régions se sont affrontées dans un excellent état d'esprit, je tenais à la signaler, pour le titre tant convoité de champion Rhône-Alpes. Cette compétition se déroula en deux temps, premièrement une manche lac de 72 heures et ensuite une manche rivière de 94 heures. Une semaine de pêche pratiquement non stop où le physique est soumis à rude épreuve.

La manche lac s'est déroulée sur la magnifique gravière du Trop Long située près de  Bollène(84). C'est un site assez difficile car la pression de pêche est élevée et les carpes éduquées, mais les poissons y sont d'un poids moyen assez conséquent. Les conditions météorologiques n'étaient pas non plus des plus favorables car de grosses chaleurs s'abattaient sur la région et le vent était quasiment nul. Et pourtant dieu seul sait que le Vaucluse est réputé pour son mistral et ses bourrasques. Les carpes semblaient aussi se préparer pour la frai et s'étaient regroupées sur une petite partie du lac. Les équipes se trouvant là ont tiré leur épingle du jeu et les autres n'ont pu que les observer pêcher. Encore une fois le tirage au sort aura été primordial. Même les équipes locales, en particulier Patrick et Sébastien, ne pouvaient rivaliser malgré une connaissance approfondie des lieux et des mœurs des carpes.

Classement lac :

  1. ROBIN Guillaume - Carlin Sébastien
  2. MENAGER Christophe - DALBAGNE Marc
  3. LAMBELIN Antoine - SDAO Fabien
  4. GLEDEL Jean Claude - CHASSON Raphaël
  5. VALETTE David - NICOLLET Frédéric

La manche rivière s'est quant à elle déroulée sur le Rhône près de Saint Vallier(26). Les équipes pouvaient pêcher à leur guise car plusieurs kilomètres de berge leurs étaient réservées. Malheureusement une équipe capot sur le lac dédaigna se déplacer et on peut noter là le manque de fair-play et de sportivité de ce duo. Si à chaque capot on n'allait plus à la pêche !!!!!!!. Cette manche fût la plus indécise car le chassé croisé en tête du classement changeait au fur et à mesure des pesées. On pouvait parler ici de vraie compétition. Les communes se laissaient tenter par les appâts des pêcheurs et les prises s'enchaînaient régulièrement. Il aura fallu attendre la dernière pesée du lundi matin, que j'ai eu la chance d'effectuer avec ma copine Béatrice(ses premières pesées de carpes en plus) pour que le classement soit définitif. Deux équipes du Sun Carpe 26, les locaux, se qualifient pour les championnats de France. Et qui plus est une finie championne Rhône-Alpes.

Classement rivière :

  1. CORBEIL Jérome - RIBOUD Philippe
  2. ROBIN Guillaume - CARLIN Sébastien
  3. COSTE Patrick - FESCHET Sébastien
  4. PAYEN Guillaume - BULAND Grégory
  5. MENAGER Christophe - DALBAGNE Marc

J'aurais encore le bonheur de représenter la région cette année, mais après mûre réflexion, aux championnats de France en tant que capitaine. La très bonne expérience de l'année dernière me poussa à y retourner.

Classement général et qualifiés pour les championnats de France 2007:

  1. ROBIN Guillaume - Carlin Sébastien
  2. MENAGER Christophe - DALBAGNE Marc
  3. PAYEN Guillaume - BULAND Grégory
  4. LAMBELIN Antoine - SDAO Fabien
  5. FILOGRASSO Emmanuel - TORTEL Olivier
  6. CORBEIL Jérome - RIBOUD Philippe

Allez visiter tous les résulats et les photos sur le site du Gn Carpe sur www.gncarpe.com

 

 

Thème: Enduros et compétitions | Département: Drôme (26) Lien permanent | Ajouter un premier commentaire
Tags: - -

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2020 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 2 Avril 2012 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages