Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17985 photos 1413 albums
1 enduros 0 annonces
5063 vidéos 74 lieux

Affichage de la liste des définitions des articles du blog carpiste

Blog carpiste - Carpiste68260 - page 1

Flux RSS de ce blog de pêche de la carpe

Les risques liés à notre passion

Votez pour cet article:Je vote pour cet article8
Article de Carpiste68260 publié le 2 Octobre 2010 à 19:49 dans le blog Carpiste68260
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Les risques liés à notre passion

Nous parlons souvent de nos meilleurs moments passés au bord de l'eau, et aussi quelque fois des petits soucis que l'on a rencontrés.

Cette fois je voudrais vous parler des risques liés à cette passion, des risques certes minimes dans certains cas mais comme le dit l'adage « le risque ZERO n'existe pas ».

Je vais faire aux mieux pour vous d'écrire quelques  risque que l'on côtoie, est parfois même sans le savoir. Ce n'est pas pour faire peur, juste pour s'informée. Est qui c'est ? sa peut peut être sauvée quelqu'un.

Sommaire :

1)      Les pêches dans les eaux du public                                                                                                                la montée des eaux

2)      Les intempéries                                                                                                                                                a) le vent                                                                                                                                                                      b) la grêle/orage                                                                                                                                                          c) le froid

3)      La tique                                                                                                                                                       maladie et symptôme

4)      Le rat                                                                                                                                                     maladie et symptôme

5)      Le serpent                                                                                                                                                      les serpent venimeux et comment réagir après une morsure

 

Vous trouverez certainement d'autre risque, mais la liste est tellement longue.

1) Les pêches dans les eaux du public :

 la montée des eaux 

 avant

 aprés

Il y a parfois des montée d'eaux très rapides qui peuvent surprendre surtout si celle-ci est en pleines nuits (étant donné que l'on dort nous avons du mal voire le niveau de l'eau montée). Cependant lorsque la montée d'eaux s'effectue, il y a de forte chance que vous ailliez quelque bip sur votre centrale du au débris que la crue a emportée sur son passage, et qui se prenne dans vos ligne. Si vous avez la possibilité de mette votre bivouac sur un point HAUT n'hésitez pas.

2) Les intempéries :                                                                                                                                                La aussi le risque est présent et surtout imprévisible les caprices du temps VENT ; ORAGES ; GRÊLE ; FROID (neige, geler).

a) le vent 

Lorsque vous vous installez choisissez bien votre secteur de campement, évitez de vous mettre près d'arbres qui sont encore debout mais mort (mort sur pied) si le vent se lève le risque est grand.

b) la grêle 

Quant au risque lors d'une grosse chute de grêle si vous n'avait pas votre biwy, ou si vous pensez que celui-ci ne résistera pas à une trop forte chute de grêle, rejoignez au plus vite votre véhicule,  tout en vous couvrant le corps ainsi que la tête avec des choses résistante ou molletonner, par exemple  un vêtement pliez plusieurs fois sur lui-même  pour vous protégez au mieux. 

                     

c) le froid 

Pour le froid, prévoyez toujours des vêtements chauds dans votre sac, ainsi qu'un duvet adapté aux températures basses. Un réchaud, de l'eau, et un paquet de soupe déshydrater, une petite casserole pour vous apporter un peu de chaleur en plus en cas de besoin. Cela ne prend pas beaucoup de place alors pourquoi gâchait une sortit pour ci peut.

Nous avons aussi les maladies transmissible par les  animaux, les milieux que nous côtoyons y sont propice qui nous guette-t-elle que : 

3) La tique:

La maladie de lyme  est en général bien diagnostiquée, il n'en est pas de même des autres infections transmise par des tiques, rencontrées dans notre pays. C'est le cas, par exemple, pour la rickettsiose à R.slovaca dont l'auteur vient de décrire un cas dans la Meuse, mais aussi des autres rickettsioses plus courantes, comme la fièvre Q, et la fièvre boutonneuse méditerranéenne. Encore moins connues sont les ehrlichioses et les babésioses qui sont pourtant des réalités. Il en est de même pour l'encéphalite européenne à tiques, qui sévit en Alsace et en Lorraine, et d'autres arboviroses plus discrètes, comme les infections à virus Eyach   Erve.

1) QUELQUES SYMPTOMES en vrac, rapportés, à ce jour, par des malades de Lyme, toutes phases confondues :

- Très grande fatigue ou plutôt, abattement, comme s'il vous tombait une tonne dessus, sans raison apparente, souvent aux mêmes moments (ex: milieu de journée), alternance de journées normales et de journées de total épuisement, paupières lourdes, etc., ou une très grande fatigue éloignée de l'effort
- Migraines ? non, des décharges électriques dans la tête, comme si on voulait vous scalper, tirer sur les cheveux - impossibilité de dormir, anti inflammatoires et antalgiques étant sans effet
- Vue double, trouble, douleurs insupportables aux yeux, comme si on vous les tirait par derrière - yeux qui piquent, douleurs très fortes aux globes oculaires
- Sciatique ? Pas exactement, douleurs piquantes, comme si on vous mettait la jambe dans l'huile bouillante, ou les bras ou les mains ou le long du dos - sensations de brûlures de l'intérieur

- Mal aux oreilles ? plus exactement bourdonnements, sifflements aigus, échos des sons, des voix, bruits perçus différemment, comme si vous entendiez, même une fourmi marcher... ou comme le bruit d'un appareil électrique, ou tout à coup oreilles bouchées, ne plus entendre - les voix perçues comme un ronflement insupportable
- Perte de mémoire, de repères, voire ne plus se souvenir où on est, ne plus reconnaître ses proches, ne plus pouvoir exprimer les phrases et les mots que vous avez à l'esprit, ne plus émettre de sons
-Impossibilité de concentration - par exemple - ne pas comprendre un texte, ne pas suivre le déroulement d'une conversation, mais aussi fatigue et douleurs en regardant la télévision, un ordinateur, en lisant, seulement quelques instants parfois
- Impression de forte fièvre, puis grelotter aussitôt après, cela par n'importe quel temps, être en nage puis avoir froid, toujours sans raison apparente
- Douleurs de peau, ne pas pouvoir toucher la peau à n'importe quel endroit, peau avec plaques, peau abîmée, formant des croûtes parfois, peau qui pèle, plaques ou parties du corps violacées qui deviennent rouges à l'eau chaude (douche), peau avec cloques comme des brûlures, pieds douloureux, brûlants - sensibilité au changement de température dehors - intérieur
- Difficulté à uriner (douleur à l'urètre) ou l'inverse (pas de contrôle) constipation (comme paralysie du rectum) ou diarrhée etc.
- Douleurs du foie (parfois hépatite) et des intestins, inflammations, nausées, etc.
- Essoufflement à la marche, troubles du rythme cardiaque - angoisse - douleur dans la poitrine
- Douleurs à la face, paralysie faciale
- Engourdissement des membres, picotements partout
- Marche impossible sur un long temps, ou plus exactement, possibilité de marcher 500 mètres maximum et les jambes se dérobent, marche non assurée, fatigue soudaine, jambes se mettant à trembler
ETC.

2) SYMPTOMES établis en liste pouvant être une aide au diagnostic :
1. Erythème migrant
2. Fièvres, transpiration, bouffées de chaleur
3. Changement de poids inexpliqué (gain ou perte)
4. Fatigue, épuisement, manque d'endurance
5. Perte de cheveux inexpliquée
6. Inflammation des glandes
7. Mal à la gorge
8. Douleurs pelviennes ou testiculaires
9. Menstruations irrégulières
10. Seins douloureux, production de liquide/lait
11. Troubles du fonctionnement de la vessie
12. Perte de libido
13. Estomac sensible
14. Changement dans la fonction intestinale, constipation, diarrhée
15. Douleurs au niveau de la cage thoracique et des côtes
16. Souffle court, toux
17. Lancements ou douleurs lancinantes
18. Picotements, engourdissements, sensations de brûlures (pieds, mains, etc.)
19. Douleurs musculaires et crampes
20. Perte de tonus musculaire
21. Difficulté de marche
22. Palpitations cardiaques, extrasystoles, irrégularités du rythme cardiaque
23. Douleurs de poitrine - gonflement des chevilles
24. Douleurs et/ou inflammations des articulations (arthrite)
25. Raideurs et craquements de la nuque/cou, du dos et des articulations
26. Douleur de la nuque/cou, du dos et des articulations
27. Paralysie faciale
28. Douleurs de la mâchoire et à la mastication
29. Maux de tête très importants - pressions de la tête
30. Tics ou mouvements nerveux
31. Vision double, trouble, sensibilité à la lumière
32. L'œil (paupière) qui saute
33. Douleurs des yeux - pressions - brûlures
34. Bourdonnements, sifflements, douleurs d'oreilles, sensibilité au bruit
35. Vertiges et perte d'équilibre, mal de mer accru
36. Avoir l'impression que le cerveau a du mal à fonctionner, d'être dans les vapes
37. Eprouver de la difficulté à penser (pensée confuse), à se concentrer, à lire
38. Perte de mémoire à court terme, oublis
39. Difficulté d'orientation: se perdre ou aller là où on ne voulait pas
40. Difficulté à écrire et à parler
41. Dépression, irritabilité, sautes d'humeur
42. Troubles du sommeil
43. Les effets dus à la consommation d'alcool sont renforcés

 

SYMPTOMES de la fièvre Q :

La manifestation la plus répandue est un syndrome grippal avec un début brusque, fièvre, malaise, maux de tête violents, myalgies (douleurs des muscles), perte d'appétit, toux sèche, douleur pleurétique, frissons, confusion et symptômes gastro-intestinaux à type de nausées, vomissements et diarrhée. La fièvre dure approximativement 7 à 14 jours.

Pendant sa progression, la maladie peut évoluer vers une pneumonie atypique, qui peut mettre en cause le pronostic vital en raison d'un syndrome de détresse respiratoire aiguë, de tels symptômes se produisent habituellement pendant les 4 à 5 premiers jours de la maladie.

 

SYMPTOMES la fièvre boutonneuse méditerranéenne :

Après 6 à 7 jours d'incubation silencieuse l'infection génère un syndrome grippal brutal associant fièvre à 39°C, céphalées (symptôme définissant comme des douleurs locales ressenties au niveau de la boîte crânienne) intenses et photophobie ainsi que des douleurs musculaires et articulaires.

L'éruption ou exanthème apparaît entre 2 et 4 jours au niveau du tronc et évolue par poussées vers les membres, d'abord maculeuse (plane) puis papuleuse (légèrement surélevée au toucher) avec parfois des pétéchies (hémorragies cutanées punctiformes). Elle s'accompagne d'injections conjonctivales.

Le point de morsure de la tique révèle généralement une tache noire (escarre d'inoculation) de 3 à 5 mm centrée sur un halo inflammatoire de 2 à 3 cm de diamètre, souvent accompagnée d'une adénopathie.

L'évolution est bénigne dans la plupart des cas mais des complications hépatiques ou neurologiques sont possibles. 

4) Maladie transmise par le rat: 


La leptospirose :

Leptospira interrogans est une bactérie transportée par les rongeurs et transmise à l'homme et aux autres animaux soit par contact directe (morsure), soit par voie transcutanée (urines ou eau infectée qui pénètre dans la peau). Peu présente en France (300 cas par an), elle est principalement représentée dans la partie sud de la France, milieu chaud et humide.
Elle se caractérise par de fortes fièvres, une tachycardie, des douleurs musculaires, des maux de tête, de la toux et des réactions cutanées.

La Fièvre de Haverhill et la streptobacillose :


La fièvre de Haverhill et la streptobacillose sont des maladies contagieuses transmises par morsure de rat, plus rarement par griffure et par de l'eau ou de la nourriture infectées. Les germes logent dans la cavité buccale et les voies respiratoires supérieures de l'animal. Elles peuvent également se transmettre aux autres animaux. Beaucoup de rats seraient des porteurs sains de ces maladies.

Le temps d'incubation de ces maladies est de 1 à 3 semaines. Elles se caracterisent pas une fièvre, des vomissements, des douleurs articulaires et des réactions cutanées. Elles seraient responsables d'otites, de conjonctivites, de broncho-pneumonies ou de pneumonies chroniques.
La Fièvre de Haverhill et la streptobacillose sont présentent en France mais ne sont pas mortelles. On peut les confondre avec des allergies. Si vous constatez régulièrement des symptômes de ces affections, ne laissez pas trainer et consultez un médecin.

Le syndrome Hantavirus :

L'hôte principal de l'hantavirus est le rongeur sauvage. Le virus est transmis par les piqures d'arthropodes hématophages (insectes piqueurs se nourrissant du sang de leurs hôtes).
La contamination du rongeur à l'homme se fait par voie respiratoire, par morsure d'un rongeur infecté ou par contact entre les muqueuses de l'homme et la salive ou les excréments des rongeurs.
L'hantavirus ne se transmet pas d'un humain à un autre.
La période d'incubation est de quelques jours à 1 mois.
L'infection se manifeste par de fortes fièvres, des douleurs musculaires, des céphalées, une hypotension, des difficultés respiratoires, des vomissements.
L'issue peut être fatale si les symptômes ne sont pas traités rapidement.

La maladie d'Armstrong

Ou chorio-méningite lymphocytaire est une zoonose due à un adénovirus. Elle se transmet à l'homme par contact avec l'urine, les selles ou la salive des rongeurs infectés. L'incubation est de une à trois semaines. La maladie, le plus souvent de forme bégnine, se manifeste par des symptômes grippaux. La guérison intervient sous 15 jours.
Les formes graves s'accompagnent de signes neurologiques, tels que cépahlites, épilepsie, paralysie, hémorragie cérébrale.

 

5) les serpents: 

En France il existe 5 sortes de serpents venimeux : 1 couleuvre : la couleuvre de Montpellier (Malpolon Monspessulanus), 4 vipères.

La couleuvre de Montpellier :

Mesurant jusqu'à 2,50m de long, capable de se dresser comme un cobra, elle est présente en zone méditerranéenne. Elle possède un appareil venimeux avec crochets à implantation postérieur, donc présentant un moindre danger en cas de morsure. 

 

La vipère aspic (Vipera aspis):

Comme la vipère péliade, elle est largement répandue sur l'ensemble du territoire français, mais avec une préférence pour les régions situées au sud de la Seine : Bire, Forêt de Fontainebleau Bourgogne, Alpes, Vallée du Rhône ...
Dans la région méditerranéenne, la vipère aspic est plus fréquente en montagne où elle peut vivre jusqu'à 3000m d'altitude.
Dans le Sud-Ouest, la sous-espèce Vipera aspis zinnikeri possède un venin neurotoxique.
Le biotope de la vipère aspic est plutôt sec.

 

La vipère péliade (Vipera berus):

Elle peut se rencontrer en altitude, même au-delà de 2500m.
Elle est plutôt présente en Normandie, Picardie, Nord de la France et Bretagne, avec une aire aussi dans le Massif Central, où elle cohabite avec la vipère aspic.
La vipère péliade préfère les endroits humides.

La vipère aspic et la vipère péliade se ressemblent avec, cependant, un museau légèrement retroussé pour la vipère aspic.

La composition, ainsi que les effets de leur venin sont très proches, et les sérums antivenimeux sont préparés à partir de ces deux espèces. 

 

La vipère d'Orsini (vipera ursnii) :

Elle est présente uniquement dans les prairies sub-alpines des Alpes du Sud.
De petite taille, on la trouve entre 1500 et 2000m d'altitude.

La vipère de Séoane (vipera seoanei) :

Elle affectionne particulièrement les régions à climat humide, en France c'est au pays basque qu'on peut la rencontrer.

Vipera aspis et vipera berus sont aussi présentes dans d'autres pays européens, notamment en Italie et en suisse. On trouve vipera berus également en Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne et dans les pays du Nord de l'Europe. Vipera aspis se rencontre aussi en Espagne et au Pays basque espagnol ainsi que vipera seoanei.

 

Que faire en cas de morsure de serpent ?

Vous pensez qu'il faut aspirer le venin avec la bouche pour éviter qu'il se propage dans le corps ? Faux ! C'est une idée reçue. Au cas où, vérifiez que vous connaissez les bons gestes.

Le seul serpent venimeux que vous pouvez croiser, c'est la vipère. Sa morsure est identifiable par deux petits points, souvent entourés d'une auréole rouge. Heureusement la vipère n'est pas toujours agressive et injecte son venin seulement une fois sur deux. En plus sur les 2000 à 3000 morsures par an, seules 2 ou 3 sont mortelles, cela reste donc exceptionnel. Les vipères sont présentes le plus souvent dans le sud et dans les montagnes.

Si vous ne les brusquez pas, elles vous laisseront tranquille. Par contre, évitez de soulever des pierres ou de mettre les mains dans des troncs d'arbre.

Comment les reconnaître ? Elles mesurent 50 à 60 cm de long, ont une tête triangulaire caractéristique, et sont de couleur brune ou grise avec un dessin dorsal noir en zigzag.

Quels sont les bons gestes à retenir ?

» Si une personne se fait mordre, allongez-la rapidement et inclinez le membre touché vers le sol, ainsi le venin se diffuse moins rapidement.

» Appelez les secours d'urgence. Au cas où ce ne serait pas possible, allez directement aux urgences les plus proches, en prenant soin de déplacer la victime avec calme et délicatesse pour qu'elle bouge le moins possible.

» Rassurez-la. Toutes les morsures ne sont pas dangereuses, et le venin n'est pas toujours injecté. Par ailleurs, même si le serpent a injecté son venin, celui-ci met plusieurs heures pour se diffuser dans tout le corps. Donc pas d'affolement.

» Retirez les bagues et bracelets qui pourraient gêner la circulation du sang.

» En attendant, et selon les moyens dont vous disposez, vous pouvez nettoyer la plaie à l'eau et au savon pour désinfecter. Ensuite, faites un petit bandage, non serré. Et pour atténuer la douleur et éviter les gonflements, appliquez si possible de la glace.

A ne pas faire en cas de morsure :

» Ne vous prenez pas pour un super aventurier en voulant aspirer héroïquement le venin de la victime. N'inciser pas non plus pour faire "sortir" le venin. Enfin, n'injectez pas vous-même un sérum anti venimeux. Même si c'est une bonne idée que de vouloir éviter la diffusion du venin dans l'organisme, ces gestes sont dangereux pour la victime et pour vous-même lorsqu'ils sont mal faits. Par exemple, il suffit que vous présentiez la moindre petite plaie dans la bouche (c'est très fréquent et pas forcément visible) pour que du venin passe également dans votre corps. Et là vous ne pourrez plus aider la victime !

» Ne faites pas de garrot. Si vous bloquez la circulation du sang, un œdème va se former, et la peau ne sera plus oxygénée correctement.

» N'appliquez pas d'alcool ou d'éther sur la plaie car cela favorise la diffusion du venin.

» Pas de "remontant". Ne donnez pas du thé, du café ou encore de l'alcool à la victime car cela aura pour effet d'augmenter les battements du cœur et par conséquent de favoriser la diffusion du venin.

Enfin, si vous allez dans un pays tropical, le risque est largement plus grand. Renseignez-vous avant de partir auprès de votre médecin. 

Thème: Environnement et nature Lien permanent | Voir les 5 commentaires
Tags: - - -

Dur de rivaliser contre la nourriture naturelle

Votez pour cet article:Je vote pour cet article5
Article de Carpiste68260 publié le 1 Octobre 2010 à 08:29 dans le blog Carpiste68260
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Dur de rivaliser contre la nourriture naturelle 

 

Le weekend du 18/09/2010 une pêche de nuit à reiningue, un petit coup de téléphone à alain pour définir l'heure, rendez-vous pris à 11h00 après qu'il est fini son boulot. Le vendredi soir sera l'instant de préparation du matériel, et la réflexion sur la stratégie à employer.

Samedi 11h30 sur place, installations du matériels, aucune activité en surfaces pendant que je m'installe. Les cannes étant prête, un petit sondage s'impose car les herbiers on vraiment diminuer mais non pas disparut pour autant, après quelque lancer je trouve les spots pour la journée et un que je garde pour la nuit, car ici ses 3 cannes en journée et 4 cannes la nuit. Le premier spot sera amorcé avec des billes solubles maison faite avec de la farine de thon et de la sauce soja, en esche une bille chocolat maison de 20mm  équilibré par une scopex 8mm. 2émme spot seras lui amorcée par du maïs, tigers, chènevis et en esche 2 tigers et 2 maïs équilibré par un bout de liège. 3éme spot lui auras du pellet en guise d'amorçage, en esche une bille flottante monster crabes rouge fluo 20mm maison, décollé de 7 centimètres. Quant au spot pour la nuit je l'amorce avec des billes de foie (avec la farine de foie maison lire l'article ici), les billes sont faite de façon à être rapidement dissoute mais pas trop vite non plus, j'amorcerais donc 3 fois ce spot durant l'après-midi, puis lorsque je déposerai mon montage je ferai un léger rappelle. 

La journée se passera sans qu'il y et de départ. 

Quelque bip dû aux écrevisses seulement. Il me faudra attendre 21h45 pour enregistrée un départ sur la canne n°4 (le secteur aux billes de foie) la prise de contact est faite, le combat et assez intense, puis un peu de résistance, elle doit être dans un herbier  je force légèrement sa viens, ouf je suis soulager, sa se laisse ramener sans problème, le poids à changer que s'est-il passé? Lorsque je voie apparaître un plomb, étrange je voie encore ma ligne plus loin avec ma frontale, serait-il possible quelle mais pris une de mes autres ligne? Pourtant elles sont coulées avec des back lead et des plombs coulissant. Je fini par ramener le tout en bordure, je me retrouve avec une grosse touffe d'herbier, 3 plomb, 30 mètre de fil en pelote, mais plus de poisson. Après analyse 2 plomb sont à moi quant au 3éme il est inconnu au bataillon, quelqu'un avait dû perdre son montage ainsi que environ les 30 mètres de fil dans l'herbier ou la carpe ses tanker et je les ramassé ce qui m'a valu de prendre une partit de cette herbier avec moi, et de ramener le plomb de la canne qui pêcher en bordure. 35min plus tard les lignes sont refaite et oui vu le bordel occasionnée je n'ai pas eu d'autre choix que de coupé est de tout refaire. 2h30 se sera alain qui déroulera cette fois, et sortira une belle miroir d'environ 16kg (désoler je n'ai pas de photos la belle est sur son appareil à lui).

7h00 un bip puis un autres, suivis d'un départ je me sors du bedchair arrive à la cannes prend contact, est la MERDE une poule d'eau qui a pris mon esche. Elle  à fini par s'en défaire seul avant que je les ramener en bordure.

Le bilan de cette nuit, les carpes se nourrisse peut de notre amorçage et mange énormément d'écrevisses, un garde du plan d'eau nous demande si on a pêché les écrevisses car il y a une population trop importante et que l'on peut les pêcher de la façon que l'on veut, hum pourquoi pas quelque écrevisses en entrée ? Étant donné qu'il doive réduire la population, je rentre et commence à réfléchir à la fabrication de nasse que je testerai le weekend prochain.

Voici le premier prototype de nasse que j'ai réalisé mais qui ne fonctionne pas vraiment j'ai dû les modifier sur place afin de pouvoir prendre quelque écrevisses. 

 

Apres cette échec, voici le nouveau prototype qui je l'espère fonctionnera bien je vous dirais sa le 9 octobre pour la pêche de nuit. 

    

Après ma décroche du 18, on décide de retourner au bord de l'eau le weekend suivant pour donc testé le 1er prototype de nasse, mais aussi faire une belle carpe qui c'est. Nous somme le 25/09/10  il est 12h00, 3 cannes sont à l'eau. J'ai utilisé la même stratégie que le weekend dernier, sauf que j'ai remplacé celle amorcé au pellet par l'amorçage à la bille de foie. 

 

La journée sera calme, mis appart qu'il fallait relancer toute les 1h30 car les écrevisses se fessait un régale de nos esche et elles ont même était jusqu'à me coupée un bas de ligne. Le temps à changer il y a du vent, et de la pluie par intermittence.

17h30 un départ sur la canne amorcée à la bille de foie, après un beau combat la belle finira sur le tapis de réceptions, une miroir de 14.500kg. 

   

   

Et voilà la séance photos avec la remise à l'eau, dommage que les couleurs de la carpe ne ressortent pas j'ai même du éclaircir la dernière photo pour que l'on voie quelque chose, à force de manger des écrevisses elle était rose comme un petit cochon et la queue d'un rouge vif, là on voie bien leur alimentation, cette carpe a voulu changer de nourriture mais je pense bien qu'elle ne sera pas reprise cette année, elle va retourner sur les écrevisses ses moins de stress. Dur dur de rivaliser contre la nourriture naturelle quand elle est aussi abondante.

Thème: Pêche de nuit | Département: Haut Rhin (68) Lien permanent | Voir les 2 commentaires
Tags: - - -

Farine de foie de porc maison !

Votez pour cet article:Je vote pour cet article11
Article de Carpiste68260 publié le 8 Septembre 2010 à 11:21 dans le blog Carpiste68260
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Farine de foie de porc maison !

Bonjour, après avoir cherché une farine de foie qui me plait et surtout abordable en prix et qui reste au top, je me suis dit pourquoi pas tester de la faire sois même, me voilà donc lancer sur la toile pour trouver quelque info.

Bon il y a la possibilité de faire sa avec un déshydrateur, pfff trop simple comme ça. J'aime me faire chier quand même donc je cherche une autre solution, et trouve celle que je vais vous décrire (ses pas vrai je n'aime pas spécialement me faire chier, ses juste que je n'ai pas de déshydrateur sous la main).

Pour commencer il vous faut un foie, de porc pour ma part.

Je tombe sur une promo 1kg800 pour 2.60€, j'en prends directe deux.

 

Ensuite voilà le matériel que j'ai utilisé.

 

J'ai commencé par couper le foie en lamelle pas trop épaisse, ensuite une fois celui-ci couper je les fait cuire dans de l'eau que j'avais préalablement fait bouillir durant 2 à 3 minute suivant l'épaisseur de vaut lamelle de foie.

Je les ai bien égouttés, et j'ai utilisé du papier absorbement  pour finir de sortir le maximum de jus. Ensuite je les ai mis 3 minute au micro-onde bien étaler sur une assiette (ne mettait pas tout d'un coup au micro-onde, étaler bien sur l'assiette et recommencer l'opération avec le reste autant de fois que nécessaire). Une fois sortie du micro-onde absorber le jus un maximum comme quand on la sortie de l'eau. Etaler le tout sur un tamis ou dans une caisse ou vous faite sécher vos billes.

Pour gagner tu temps de séchage je ventile.

Faite bien sécher le tout lorsque le foie est cassant il sera prêt à être broyer.

Ensuite passer tous sa dans un gros broyeur, puis dans un broyeur à persil afin d'arriver à avoir la texture la plus fine possible.

Tamisé le tout, pour ma part j'ai utilisé ceux-ci.

Voici le résultat obtenu.

Etant donné que mon mixeur n'est pas assez puissant il me reste quelque morceau que je n'ai pu broyer.

Vous voilà donc avec de la farine de foie dont vous est sur quelle est à 100% pur.

Avec 3.600kg de foie frais j'ai obtenu 900g de farine de foie pour un prix de 5.20€ je trouve que sa revient moins cher, et on est sur de la qualité de notre foie, cependant il est vrai que ses plus long que de le commander tout prêt.

Voilà si sa peut intéresser quelqu'un.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Thème: Appâts et amorces | Département: Haut Rhin (68) Lien permanent | Voir les 10 commentaires
Tags: - -

Saison difficile

Votez pour cet article:Je vote pour cet article11
Article de Carpiste68260 publié le 23 Août 2010 à 16:06 dans le blog Carpiste68260
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

 

 

Saison difficile

Bonjour à tous,

comme pour la plus part d'entre nous cette année 2010 est bien difficile! Après de multiples capot me voilà sur les berges du lac de reiningue, qui est très difficile de pêcher cette année et pour cause une algue venant du nord de l'Amérique à envahie ce lieux. Vidéo qui explique ce fléau dans ses eaux ICI (comme vous avez pu l'entendre dès le début de la vidéo elle se propage à une vitesse exponentielles 50cm par jours).

Cependant, après une forte envie de pêcher l'envie de tremper les cannes a été bien plus forte que ses algues. Arrivées sur le poste de pêche à 4h30, l'amorçage est en cour, nous savon déjà ou nous placer car les algues ne nous laisse qu'un trou de petite envergure pour moi sur ma gauche a 5m du bord environ  et un trou de 1mètre sur 1mètre environ a une 50mètre droit devant moi, alain lui auras ses poste carrément sur sa droite une en bordure et l'autres à une distance de 30 mètre environ.

Le carré jaune représente mon poste quant au rouge vous vous doutez bien que ses celui d'alain, l'amorçage à reposer en attendant que ce soit l'heure de mettre les lignes à l'eau, nous voyons le petit blanc en activité sur notre coup.La pêche a débuté maintenant depuis un peu plus de 2h quand un premier bip se fait entendre et nous sort de notre l'élargie, quelque seconde passe puis sa déroule mais rien de bien franc, au bip et à la vitesse ou déroule le moulinet on dirait un poisson pas assez fort pour déplacer d'une seul traite le plomb de 110gr, prise de contact, aucun rush ni coup de tête juste la sensation de ramener un poids mort.

Arriver en bordure j'aperçois quelque écaille et une carpe d'un poids que j'estime sur le moment environ a 10kg voir plus difficile d'évaluer tant quel est dans l'eau, du début de la prise de contact jusqu'au moment de la mise à l'épuisette aucun mouvement de sa part elle a suivi les mouvement de la manivelle de mon moulinet -elle une branche que l'on aurai accrocher par mégarde elle n'a eu aucune peur de l'épuisette. Mise sur le tapis de réception de se poisson qui est magnifique.

Cette fois si hors de l'eau l'on voie réellement son poids une commune de plus de 15kg la première écaillé de se poids là pour moi. Je suis tirailler entre deux sentiment la joie d'avoir pris ce poisson très jolie et celui qu'il ne s'est pas défendu du tout, je décroche l'hameçon me prépare à fermer le tapis de réceptions afin de prendre son poids et la traditionnel photo, lorsque tout à coup le combat quel aurait dû livré dans l'eau se fait sur le tapis que je n'ai pas eu le temps de fermer, je fais de mon mieux pour la conserver sur le tapis mais elle a le diable au corps et mes mains glisse de plus en plus je suis quasi m'en couchait sur elle pour quel ne saute pas hors du tapis, mais rien y fait il impossible de la retenir et de fermer le tapis bien que alain essaie lui de le fermer  pendant que je subis les assauts de cette dame, est là le drame elle a réussi à m'échapper en forcent le passage entre mes jambes, et à claquer une fois sur le sol dur qui se trouver derrière moi, bien que j'ai fait au plus vite pour la récupérée et la remettre sur le tapis le pire était arriver du sang couler au niveau de ses branchie,  je recherche si il y a une lésion apparente afin de la soigner mai aucune plaie visible je décide de la remettre à l'eau en espèrent quel puisse se rétablir de ses blessure, je la remet les larmes au yeux dans son  environnement, après une ré oxygénation elle finit par partir (tous ce que je puisse faire ses prier quel survive). Après ça plus aucune envie de pêcher et je reste au bord de l'eau en me maudissant.

 

Un nouvelle essai

Ce n'est que quelque semaine plus tard que l'envie de pêcher me revient, mais je me sen mal alaise avec une canne dans les mains un peu comme une personne ayant eu un accident de voiture et devant reprendre le volant.Une pêche à l'étang  Legrand pour se remettre en selle, accompagné d'une personne rencontrée sur powercarp  Christian alias carpauteur.

Pour cette pêche il faut déjà par commencer par le début rouler des bouillettes, un mix crabe et un autre au saumon.

 

 Mix saumon                                                                     Mix crabe

Nous voilà le jour J nous installons le matériel tout est en place les lignes sont tendu pour ma part près d'une cassure avec en amorçage les billes saumon pour une et pour l'autre au crabe mais escher d'une flottante caraïbe pour une quant à l'autre d'une des bille saumon que j'airai couper de moitié  pour mettre entre les deux morceaux un bout de liège pour l'équilibré.

Christian en plaint lancé.

L'attente commence, un brochet vient nous montré le bout de son nez.

Pour le moment sa reste calme pas de détecteur qui sonne quelque mouvement en surface  tien sa serait pas une tortue ?

Et SI ses bien sa une nouvelle habitante.

Un bip long et strident immerge de ma central, c'est le moment de voir si je ne serai pas pris de panique une fois la canne en main, le combat se passe à merveille elle arrive dans l'épuisette éreinter ce qui me procure déjà un soulagement, tout se passe bien aussi sur le tapis mais pas assez sur de moi pour faire la séance photos, une belle carpe de 9klg qui a était séduite par la fameuse bille caraïbe. Elle rejoint rapidement son élément sans aucun dommage. La journée continue nous discutons avec Christian de tout mais surtout de pêche et échangeons nos points de vue sur les montages la réalisation de mix et autres. La journée à défiler a toute allure il est temps de rentrée et de faire le bilan de la journée un départ un poisson toujours mieux que rien connaissant la complexité pour sortir du poisson dans cette étang l'ors des mois d'été.

Nous avons décidé d'aller dans le public faire une pêche 2 jours plus tard, sa sera calme pas un seul départ juste 2 ou 3 touche faite par une poule d'eau. Cependant voici quelque photo que j'ai pu faire de la vie au tour.

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Alain me contact pour faire une pêche au Legrand, le rendez-vous est pris pour samedi après-midi. 15H nous somme sur les lieux et savon déjà ou nous allons pêcher étant donner que je connais de plus en plus cette endroit, je me remets sur la cassure qui a toujours fini par payé.

La première canne posé  je prépare la seconde, quand sa se met à dérouler, une miroir d'environ 6klg ouvre le bal. Cette fois alors que je viens de mettre tout juste la seconde canne (qui était prête mais qui a du patienté pour cause de départ sur la une) alain enregistre un départ lui aussi na pas u le temps de mettre en place sa seconde ligne, une carpe de 9klg pour lui. 15minute plus tard sa sera une belle carpe de 10kh qui sera prise sur une bille caraïbe.

Désoler pour la qualité des photos ses une photo de la photo car je n'ai pu la scanner mon imprimante connaissant quelque problème. Nous enregistreront encore 5 départs qui resteront dans des poids compris entre 6 à 10klg.

Et voici toujours près de la cassure  durant une pêche quelque jour plus tard une dame qui c'est laisser séduire à nouveau par une bille caraïbe.

Le weekend suivant me revoilà à nouveaux sur l'étang Legrand et décide de changer de poste pour l'occasion j'ai roulé des billes avec 2 recette bien distincte mais ayant le même mix au départ, mix crabe. Sa sera crabe/chocolats et crabes/soja.

Crabe/soja

Il est 4h30 je lance quelque bouillettes sur les poste que j'ai choisi et laisse reposer sa durant 1h30 ma première canne auras bouillette chocolat/crabe avec un chapelet de bille couper par moitié sur fil soluble le tout tremper dans du miel. Je dépose le montage à environ 40m sur la pente d'un ilot immergé  préparation de la seconde canne qui bipppppppppppppppppppppp !!!! Sa déroule sur la une, prise de contact ses pas bien gros mais tout de même très nerveux énormément de coup de tête arriver à quelque mètre de la bordure ses la décroche. Remise à l'eau des deux lignes, celle au chocolat toujours au même endroit quant à l'autre, elle sera sur un fond propre de petit caillou esché d'une bille flottante ananas (maison) décoller de 2cm a une distance de 50m environ, il me faudra attendre 11h pour avoir un départ fulgurant sur la canne esché à l'ananas, elle m'a pris plus de 20m de fils en quelque seconde le contact et pris le combat commence déjà à plus de 70m elle finit par se calmé et venir dans ma direction mais rien est jouer car elle relance un combat extraordinaire en bordure, pour cette fois ses moi qui est gagner. Une belle commune de 9klg vierge de tout- hameçon ce qui m'étonne d'ailleurs étant donner que c'était un petit plans d'eau.

 

 

Voilà pour mes aventures et mésaventure que je voulais vous faire partager.

 

 

 

Thème: Sessions de pêche | Département: Haut Rhin (68) Lien permanent | Voir les 7 commentaires
Tags: - -

10 pages  1 2 3 4 5 6 7 8 9»

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2020 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 2 Avril 2012 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Carpiste68260
Google
Domaine des Carpes Sauvages