Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17985 photos 1413 albums
4 enduros 0 annonces
5063 vidéos 74 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe associés au tag maco

Articles de pêche de la carpe associés au tag maco

Flux RSS des articles de pêche de la carpe associés au tag maco

Sand Speranza Island

Votez pour cet article:Je vote pour cet article50
Article de MacoCapa publié le 29 Octobre 2009 à 22:48 dans le blog Maco Capa. Philosophie Carpiste. 77.
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Blog de Maco Capa Philosophie carpiste                                                                                                Sourire

 


Sand Speranza Island

 


Clikez les photos pour voter!  

Octobre rouge, orange, en dégradés irréels pousse de son vent froid les feuilles et sur les berges battues échouent ces dernières. Un carpiste fatigué par les heures de routes sonde inlassablement dans le noir. Il échoue à son tour sur un banc de sable. La brume enlasse et embrasse les formes, elle enlise de silence.

  Dans l'obscurité et malgrès le vent je discerne de nombreux herbiers, des fonds de sable, quelques poches de vase, des zones rocheuses, hauts fonds... tout ce qui peut être plus qu'intéressant à peigner...                        Mes marqueurs sont enfin en place, le soleil ne va pas tarder à éclaircir mon nuage opaque. La basse température nocturne semble figer la vie. La large amplitude thermique journalière va probablement réserver des surprises intéressantes. Octobre est sur son dernier souffle, novembre glacera vite, autant ne pas perdre une minute pour comprendre ce nouveau terrain de jeu.

Le poste permettant une optimale exploitation de la masse d'eau se trouve être une île, ce sera donc "ma Speranza"  durant quelques jours.

Quelques rares floraisons tardives colorent encore les berges tandis que tous les autres végétaux sont déjà à graine.>>  Les peupliers se voient dépouillés et parraissent déja tels des épouvantails. Saviez vous que les feuilles des peupliers sont très longues à disparaitre et qu'il est déconseillé des les planter sur les berges? En effet l'enracinement ne favorise pas le maintien de celle-ci, il est dit superficiel, et il est largement préférable de suprimer les peupleuraies pauvres en terme de biodiversité. 

 

 

 


Pour cette session, j'ai opté pour 4 appâts différents : Mélange de graines Pep's red, bouillettes Natur-in* AC2N, Natur-L* Gold-goth et Pep's Red Piper*.  En complément et pour parfaire l'attraction, j'ai bien sur les methods et pâtes d'enrobages qui vont avec.  Pour les quantités pas besoin d'être exessif, ces appats proches de la nature sont extrèmement vites acceptés.

 

 

Les nombreux spots à pêcher sont pour la majorités très difficiles : des gros herbiers dessinent des bandes qui traversent le plan d'eau, d'iles en iles, de hauts fonds en hauts fonds... Si piquer des poissons est relativement facile, les extirper des "poches" d'élodées du canada risque d'être sportif! 

Un de mes spots se trouvera à 90mètres; il pêche une  cassure annoncant le début d'une anse d'une superficie de 0,5 hectares environ quasi impénétrable tant la végétation y est dense.

 << Un autre montage pêche le bas de la pente d'un ilot de sable et roche ( visible sur la photo au centre) à une distance de 80 mètres. Mon dernier spot est quant à lui situé pleine eau dans la partie centrale de la gravière. Une longue barrière d'herbier débouche sur un plat vaseux duquel s'élève de quelques dizaines de centimètres un plateau de graviers irrégulier. La superficie de cette zone est d'environ 150 mètres carré ce qui me laisse un confortable champs de pêche. Sur ce plateau, qui est à une distance de 65 mètres de mon île, je dispose 3 kilos de graines amplement disséminées et quelques poignées de bouillettes Natur-in  AC2N.

 

La réponse est rapide et les départs s'enchaînent, la taille des captures est modeste, de 2 à 5,5kg. En 6 heures pas moins de 12 alertes sur deux cannes. Les carpes tournent sur toute la surface de la zone et le repérage du montage est aisé avec la pâte qui assure la diffusion. Finalement je décide de ne plus mettre de graines. Il m'est impossible de me concentrer sur la recherche des poissons qui m'intéressent...

 

Les petites carpes aspirent les bouillettes qu'elles ne connaissent pas avec confiance. Ces délices naturels sont digestes, c'est radical!  >>

Je remarque tout de même une nette préférence des  petits cyprins pour l'enrobage Gold-Goth... A garder en mémoire...

 


Mes autres approches sur les autres montages sont complémentaires dans le sens où les stratégies d'attraction sont complétement différentes. L'îlot de sable présente la particularité d'être bordé d'un côté par un grand haut fond qui s'enfonce très lentement dans une masse d'herbier et de l'autre côté la cassure est nette et l'on tombe rapidement à une profondeur de 3 mètres (profondeur moyenne du plan d'eau). Sur toute cette partie, je pose des pelles de mélange de graines fines Pep's Red (riz, micro tiger, bird food, et épice unique...) Tout autour de l'îlot sont éparpillées plusieurs poignées de billes poissons épices^^. Bas de ligne long de 20 cm, hameçon fin de fer hampe longue de 2, bille de 22  équilibrée par une pop-up big carp.

Devant la fameuse anse bourrée d'herbiers, j'opte pour un spot précis avec une énorme boule d'enrobage    Gold-Goth (puisqu'elles adorent ça!). En garniture, de nombreuses billes à proximité et aussi quelques unes dispachées jusqu'à l'entrée de la anse, dans la végétation... Mon cheveux se voit délicatement esché de billes fraiches au subtile parfum poisson épice. Bien équilibré par un pellet solar, les deux billes de 20 sont relativement éloignées d'un hameçon fin de fer numéro 2 à hampe longue. Le but est clairement affiché : La Sélection.

 

La nuit va bientôt tomber. Moins de 24heures de présence et j'ai déja touché beaucoup de petits fishes...

 

 

 

A l'entrée de la anse, le haut fond est visité et une carpe s'arrache pour se réfugier dans les herbiers, le montage a piqué correctement et à présent je bride pour garder une chance se sortir ce poisson. L'embarcation pourrait bien être salvatrive. Wadders et épuisette sont à portée de main...

De longues minutes plus tard run violent dans les eaux cristalines sous le scion de l'exalty. Main sur la bobine, contrôle précis, sang froid, et doucement elle est déposée sur le tapis.

↑ Un vieux poisson en forte régression  qui semble t'il a été maltraité...

Elle repartira rapidement dans son élément. La taille des captures décolle enfin. Il était temps, les petits poissons ont raison de moi et je décide, pour la nuit ,de me concentrer sur une pêche d'attente de beaux poissons. Le lendemain, je passe une partie de la journée avec  little Carpodu60 et Carpo91 qui m'ont rejoint sur la gravière. La pêche attendra un peu, la quantité de poisson déja capturée m'a comblé... pour l'instant! A la nuit tombée je retournerai sur "Speranza".


La nuit est agitée et les petits poissons tournent sur les graines. Il est impossible de dormir, toutes les 30 minutes il me faut relancer les montages... jusqu'a minuit ou le calme s'installe... Quand soudain,  en fin de nuit run intense, ça  débobine sévère au pied de l'îlot. Combat délicat avec les denses herbiers et au tapis s'agite "la Gourmande". Mes billes semblent la rendre ingorante des pièges que sont les montages!

Dans le sac de conservation placé dans une hauteur d'eau suffisante au dessus d'un fond sablo- vaseux je retrouve au petit matin les restes de micro-tigers, billes,... de mon amorçage... et en grande quantité. Voici donc pour la deuxième fois ce superbe vieux fish!!

Clikez les photos pour voter!  

Quelques petits poissons aspireront encore mes montages mais j'ai bien envie d'aller traîner mes cannes ailleurs. Pour finir c'est moi qui trouverai mon repas sur les berges de la gravière...

Une des nombreuses petites communes ^^.     Mon futur repas : des coprins chevelus, un régale !!^^

 

        A bientôt!

 

         Maco Capa

Thème: Sessions de pêche | Département: Oise (60) Lien permanent | Voir les 25 commentaires
Tags: - - - - - -

offertoire ou apologie de l'approche naturelle

Votez pour cet article:Je vote pour cet article46
Article de MacoCapa publié le 15 Octobre 2009 à 23:19 dans le blog Maco Capa. Philosophie Carpiste. 77.
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Cet article ne s'adresse qu'aux VRAIs Carpistes, respectueux de la pensée, de la nature, et du travail, ceux qui ont une morale, une conscience. Les pseudos auteurs de magazines en mal d'inspiration et  tous les autres parasites merci de quitter cette page.  

ωωω


Blog de Maco Capa, Philosophie Carpiste.

Deviens celui qui observe, et celui qui agit. Tiens-toi en même temps dans le fleuve et sur la berge.

 


Offertoire ou apologie de l'approche naturelle


 

 

« Un jour, tôt ou tard, il faudra raisonner
en termes d’équilibre et non plus de croissance,
de qualité et non plus de quantité,
d’être et non plus d’avoir!

Je ne crois pas que l’on pourra pousser les individus à consommer toujours plus de choses
dont, au fond, ils n’ont pas besoin pour faire leur bonheur.

Le bonheur, ce n’est pas là qu’il se trouve.
Sachons plutôt emprunter les chemins qui y mènent.

Jean-Marie Pelt, L'avenir droit dans les yeux, Fayard 2002

 

 

Le vent souffle, les oiseaux passent dans un silence riche de bruissements délicats. Les couleurs se mélangent dans mon champs de vision, l'hydromorphose ride les sculptures vivantes. Un monde fragile ou l'hamonie est un  perpétuel renouveau, un jeu de concessions, une succession réglée telle une horloge. Une harmonie en apparence, relative. Il faut se plonger dans son règne, s'échapper de la préconception usuelle qu'elle est dans notre société en marge de la réalité. Se plonger dans un monde où la vie s'offre à elle même, une vie pour la survie, une aventure constante...

De vastes réseaux verdoyants aux milles dégradés se parent ici ou là de fruits, fleurs, de parfums de goûts, de formes aussi diverses que surprenantes. Cascade de mûres, émergeance de mycètes, chutte d'une prunelle, vol indécit d'un paon du jour. Dans les hautes hélophytes frayer son chemin, caresser les flamboyants iris, surprendre une couleuvre...

Là où l'eau remplace la terre, là où se confondent deux univers, rendre invisible sa présence, voir la faune être, se nourrir, se reposer, se reproduire. Ces espaces en dehors du temps semblent appeler l'éternité à les préserver.

Tendre la main et cueillir une fraise sauvage, la jetter en aval d'un chevesne, provoquer la "surprise" et l'observer se délécter de la saveur offrande. Constater la réaction de ses congénères.

Curieusement alors que nous regardons la nature, c'est la nature qui nous regarde et nous imprègne. Elle devient maitresse de l'âme, elle nous inocule un poison. Notre sensibilité exacerbée par la richesse sans valeur s'empresse de produire des anticorps qui parsèment puis saturent notre sang jusqu'à la moindre molécule de son être et s'attaque finalement à la mémoire ou a toute pensée antropique.

 

Reste  alors un homme  en marge de tout, sauf de lui même, une main tendue et souvent le regard à l'horizon, allié à la solitude et aimant respirer plus que cela est vital.

Ces hommes, ces carpistes, ramassent au sol, dans les arbres, sous les pierres, ils contemplent leur univers. La nature apporte donc tout ce qui rend le carpiste heureux: il y trouve nourriture, inspiration, pleinitude.


 

 

< un buffet bio, garantie sans conservateur  ni peinture...>

 

 

Presque "normalement" en arrivant au bord de l'eau, je repère donc ce que la nature met à disposition  en prenant garde de préserver le milieu lorsque je prélève. Les carpes sont finalement, dans le milieu naturel "vierge"  comme ces carpistes. Elle vivent au grée de leurs instincs, elles observent, jouent, cherchent, trouvent, s'inquiètent, elles sont curieuses... Le bruit les attire, l'odeur les allèche. Lors de mes sorties je prends en compte tout ce qui constitue l'écosystème. Les animaux sont sensibles à leur environnement bien plus que l'homme moderne étant donné qu'ils en dépendent à très court terme.

Incorporer dans les appâts ces offrandes naturelles et les présenter à un endroit opportun est du coup redoutable.

 

 

Les méthod mix travaillent vite, très olfactifs ils diffusent tout autour du montage un parfum constitué d'éfluves naturelles. Ma composition unique basée sur les éléments présents dans le biotope de la carpe en font des plats irrésistibles. Le mélange de farines haut de gamme, les fruits, tout est bon!

De nombeux types d'appâts sont complètements ignorés. Après avoir longement réfléchi et testé des dizaines de choses j'en suis revenu aux sources.

Mes dernières sessions, hormis un détour en Seine m'ont conduit sur la piste de carpes sauvages aux instincs préservés. Les résultats que j'ai obtenu ont été incroyablement satifaisants. Mieux encore, cette approche donne des captures là où le reste... ne marche plus guère.

 

 

 

 

<< passer des heures dans l'eau à longer les berges, voir passer devant ses genoux les poissons, suivre leurs déplacements, observer leurs façons de s'alimenter... Je me souviendrai longtemps de ce petit plan d'eau. Arrivant le soir, à peine deux heures avant le crépuscule, je devais rapidement trouver les poissons. La profondeur maximale semblait ne pas dépasser 50 cm. Pour un premier contact avec un lieu on peut être dérouté dans de telles conditions. Au lieu de m'installer en hâte avant la nuit, j'ai décidé de me promener jusqu'à trouver une zone favorable. A l'aube, avec seulement deux cannes, je comptais 4 départs dont un doublé, pour 3 poissons au tapis. Quelques poignées de fruits de sureau et quelques graines ont décidé les carpes à prendre mon montage...

 

L'approche d'une pêche est donc essentielle et les appâts sont donc les fruits de la nature. Je n'entends pas par fruit  que ce qui pousse dans les arbres, mais également la nourriture naturelle disponible sous l'eau  et sur terre comme les écrevisses, les moules, les vers, les petits poissons blancs, les noix,... (en veillant à ne pas utiliser d'espèces protégées...)

Je me souviens aussi de nombreuses sessions durant lesquelles les carpes moquaient mes appats industriels. Je me souviens de mon vieux collègue carpiste Tof (il y a de ça plus de 10 ans), qui arrive pour reprendre mon poste sur lequel j'étais resté 5 jours sans capture (une déroule et quelques bips sans suite). Il arrive donc, part déposer son premier montage et trouve une écrevisse sur le chemin du retour. Devant mes résultats extraordinaires à la bouillette, il l'esche donc ce pauvre crustacé et... le temps de revenir et de tendre la banière, il déroule et met au tapis une mirroir...      Cinq jours sans poisson à la bille, 15 minutes et une carpe avec un appât naturel!

 

Il y a 3 semaines, je partais à la découverte des gravières dans le sud Seine et marnais. J'étais impatient de découvrir un spot à big fish. J'arrive comme toujours juste avant la nuit sur un plan d'eau qui me plait... et par chance, je tombe, en me balladant dans l'eau sur un haut fond... avec deux belles communes en stand-by dessus. Je m'imobilise et observe ces poissons que j'estime à 8+ voir 9. Rien, pas de mouvement, elles sont là et c'est tout; l'eau est à peine brouillée autour...

 N'étant pas seul je me satisfait de ce poste. Je fais donc demi tour et part chercher le biwy, deux cannes, épuisette, tapis... A mon retour les carpes sont parties. Je décide tout de même de pêcher ce haut fond. Le jeu est risqué puisque je n'ai pas fait le tour entier du plan d'eau. Mais après tout, deux poissons de taille "sympatique" sont passés par là... je suppose qu'elles vont revenir et peut être accompagées. Je pose donc 500 grammes de graines sur le haut fond pour une canne  et  juste en bas de la pente du haut fond 500 grammes de pellets et 15 bouillettes. Et hop au dodo. Je m'attendais à être reveillé très vite...

Le lendemain: J'ouvre les yeux et je constate qu'il fait jour. Rien n'a bougé sur les cannes, les graines sont encore là, puisque les eaux sont cristalines et que la profondeur n'exède pas 1 mètre... bref le soir arrive et rien n'a bougé dans la journée à par un mouvement d'eau au fond du plan d'eau.  Je décide finalement d'aller voir ce qui s'y passe avec une canne, quelques appats... Et bien voilà que je tombe sur une zone idéale; Arbre noyé, plaque d'herbier, fond irrégulier!  Je pose le montage, distribue quelques billes et pellets, un montage équilibré top... Résultat big carpe!! 24h sur un plan d'eau sans rien alors qu'il suffisait juste de chercher un peu pour trouver... (!!!)

La prise en compte des aspects naturels, l'approche aura une fois de plus été déterminante.


Ces carpistes qui vivent avec cela, ceux qui s'interrogent, qui aiment l'eau, qui respectent le milieux s'ouvrent des possibilités et s'offrent des satisfactions sans commune mesure (et des communes démesurées ^^ Sourire). Instinctivement nous autres carpistes au naturel nous fuyons nos congénères et le temps d'exil est toujours trop court. Certaines mains tremblent à notre rencontre, d'autres les mains moites et le regard perfide jouent la conivence. Mais le carpiste au naturel ressent comme un prurit à leur contact. Alors, il se dresse de colère ou disparait, telle une carpe pour ne jamais revenir.

Je répondrais aussi aux mots de J.M Pelt que le bonheur se trouve au bord de l'eau, parfois pour partager un moment comme avec Carpo91, Phill son ami et son fils, JP93 et son compagnon passionné ainsi que leurs enfants le week-end dernier.

 Mon bonheur et mon accomplissement de carpiste se trouvera par contre toujours dans la solitude, là où personne ne me trouvera, la nature offre sans vouloir reprendre, elle est honnète, on y trouve la réponse à tous les maux. Elle est un exemple de partage, ses fins sont saines, à l'opposé de l'Homme et sa société.

Maco Capa

 

                                 

 

 

 

Thème: Environnement et nature Lien permanent | Voir les 21 commentaires
Tags: - - - - -

Des souvenirs ......

Votez pour cet article:Je vote pour cet article15
Article de nonocarpistevarredde publié le 15 Octobre 2009 à 19:00 dans le blog carpiste
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

J'avais effectué une session de deux nuits pour le week end du 1er Mai, c'est un enduro de 3 jours a Varreddes, et nous étions 12 équipes...de deux personnes, nous devions avoir trois cannes chacun...

J'ai rencontré donc Maco, qui est super sympa, j'espère qu'on se reverra un de ces jours, et pour se refaire une session ensemble dans le coin, on verra ça...

En tout cas, super week end, avec ma chérie qui était avec moi, j'ai pû lui faire découvrir ma passion, et je crois qu'elle apprécie, maintenant je vais devoir acheter tout le matèriel pour qu'elle pêche elle aussi...c'est cool n'empêche de pouvoir passer des weeks ends à pêcher et d'avoir sa petite femme avec soi...

 Je t'aime ma chérie, t'es tout pour moi, et merci de me suivre dans ma passion, et de jouer ma photographe lors de nos excursions ... je t'aime

Thème: Evénements carpe | Département: Seine et Marne (77) Lien permanent | Voir les 9 commentaires
Tags: -

Chaos dans les abysses 2

Votez pour cet article:Je vote pour cet article42
Article de MacoCapa publié le 8 Octobre 2009 à 06:06 dans le blog Maco Capa. Philosophie Carpiste. 77.
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Blog de Maco Capa Philosophie CarpisteSourire


                                                                   Chaos dans les abysses 2

ou

 Requiem pour la Seine


  Ce fleuve puissant intrigue autant qu'il fait peur aux carpistes. Le poste choisi en fonction de son potentiel sur le bief est plein de surprises. Il faut cependant mériter les captures, le hasard n'a de place que pour l'échec. Cela fait maintenant plusieurs années que je le constate : pêcher la Seine et en obtenir régulièrement satisfaction relève de l'obstination, un sacrifice en temps, une rude épreuve pour le matériel autant que pour l'homme. Ce poste "chaos dans les abysses" est un lieu de tenue autant qu'un lieu de passage. Ces carpes régulièrement pêchées sont méfiantes, un peu comme dans un étang mais d'autres éléments entrent en jeu : Présence de nombreux gros blancs, de silures, de péniches, de dérivants, de fort courant, de nombreux obstacles, une nouriture naturelle riche et variée...

  Samedi, en fin d'après midi, j'arrive donc sur les lieux en compagnie de carpo91. C'est sa première sur le secteur. Il est impatient de voir à quoi ressemble la pêche ici. De mon côté, la question qui se pose est de savoir si les petites communes que j'observe parfois n'ont pas changé de lieu de villégiature. Il est fréquent de les toucher lors premières heures de pêche. Après, elles partent et les départs se font attendre jusqu'à ce qu'un groupe de passage s'arrète (ou non..) sur l'amorçage et ainsi de suite.

  La nuit tombe, le temps est agréable, il y a peu d'activité; Je profite de l'instant pour "sentir" la situation.. Je déverse plusieurs kilos de mélange maïs/arachide en zone, quelques billes poisson maxi modèle toujours en zone. Pour habitude mon  approche est un amorçage à moyen terme, cette fois-ci ce ne sera pas le cas. Le but de la session (entre autre) est de déterminer si la présence des silures peut être évité ou non. L' ALT ou l' AMT semble attirer les moustaches au moins autant que les carpes, jusqu'à ce que ces dernières ne leur cèdent définitivement la place. Il faudra donc y aller piano sur les appâts de petite taille risquant de faire venir les prédateurs de blancs.

La problématique est qu' augmenter la taille des appâts entraîne un allongement du temps d'acceptation par les carpes et les petits silures trouvent alors un intérêt dans ces appâts.. Brain storming donc, quel est le bon compromis?

Dimanche matin, le soleil se lève, mes quatre montages n'ont  toujours pas retenu l'attention des carpes ni des silures. Deux des montages ont été déposés non loin de la berge, zone de tenue de petites communes. Ces montages ont été amorcés à l'assiette. C'est-à-dire une quantité modérée de graines et de billes. Un montage situé à moins de 10 mètres de la bordure pêche une pente douce avec une dense végétation aquatique. Cette végétation a la faculté de limiter la dérive des appâts. La ligne ne doit cependant absolument pas bouger pour rester pêchante.

Il est 07H45 premier départ justement en bordure.

 

 

Le temps de remettre en place le montage, de faire un café et de réfléchir la situation, un deuxième départ sur la même canne. 11+ et maintenant 9+. Ca vaut le coup d'attendre un peu. Remise a l'eau... Je refais le montage et je retourne déposer...

 

 

L'après midi sera un festival de tout ce qui flotte et fait du bruit sur l'eau, le ballet des jet sky, sky nautique, bouée, barque,..., kayak, planche à voile,  je reste attentif pour prévenir tout drame avec un guignol... Ils passent très (trop) près des fils... Le back-lead est impossible ici tant la nature du fond est chaotique...

Vers 16h les poissons blancs commencent à sauter sur la zone d'amorcage, je prends donc le bateau pour maintenir leur présence. Sur le chemin du retour je reconnais le sifflement grave du détecteur chargé de la surveillance de la canne qui pêche la bordure. Carpo se précipite alors : " Elle y est " dit-il... Encore sur la barque, je prends la canne et pars combattre sur l'eau... Une belle petite commune apparait en surface tandis que je dérive sur le fleuve. Elle rusch puissament et entraine la barque avec elle, enfin elle se rend à l'épuisette. Trois carpes en pleine journée et toutes sur le spot de bordure.

 

 

 

 

Je finirai la session seul, carpo91 doit me quitter. La nuit tombe sur la Seine, elle redevient calme, l'agitation de la journée cesse enfin. Minuit sonne au clocher voisin et aussi sur ma batterie, dans le lit une big bille poisson démarre,  prise de contact et décroche. La bille reviendra avec le montage, des traces de dents l'ont rapée sur un quart de sa surface... Les silures sont là... Je relance donc sans rappeler... J'espère qu'ils quitteront la zone si elle ne les intéresse pas. Je me rendors l'esprit agité, d'un côté je rêve de toucher une moustache de plus de 45/50 kilos et battre mon record, mais je rêve encore plus de mettre au tapis un de ces cyprins de rêve qui ont fait la réputation de la Seine. A ma connaissance sur le secteur le plus gros fisch sorti de source sûre accusait 25- kg... Autant dire qu'il m'est impossible de dormir sur mes deux oreilles... Je n'aurrai plus un bip de la nuit... ni de la journée suivante.


 Mardi matin : L'aurore colore le ciel et la teinte rouge la plus lumineuse ne provient pas du soleil mais d'un detecteur.  La carpe part en pleine eau, revient vers la berge et se plante au fond, (illustration du titre de cet article!)                                                                                                                                                                

Ce n'est pas la première qui me fait le coup ici. Je prends donc la barque et pars la chercher. Elle est plantée sous 5 mètres d'eau à 40 mètres du rod-pod. Dans la brume matinale je treuille donc quelque chose de très lourd. J'ai bien l'impression d'avoir perdu mon poisson car je ne ressent rien dans la canne. Un grondement sourd résonne dans le blank, soudain je sens que ca vient. Je vois apparaitre sous la surface une branche énorme et surprise la carpe avec! Elle est toujours au bout et a fait plusieurs tours dans la branche. Le combat se fera donc avec une perche de plus de 2,50 mètres sur ma tête de ligne. Au final 35 minutes me seront nécéssaires pour ramener le poisson. Combattre avec une branche de pas loin de 25 kilos sur le fil, je ne vous le souhaite pas car question mise à l'épuisette on ne peut pas faire pire.

Inlassablement, à chaque touche ou chaque départ je retourne déposer mes montages, avec chaque fois une assiette d'amorcage. Environ 10 fois par jour donc.. La stratégie paie cependant ; une heure plus tard puissant démarage qui arrache la canne du pod et vient finir sa course sur mon bed-chair et donc dans mes mains (je pêche toujours les talons posés au ras du bed, pour des raisons évidentes en photo d'ailleurs dans la barque ci-dessus...)

De longues minutes je bride le poisson qui ne quitte pas le fond du fleuve, extraordinaire moment dans lequel chacune des parties a sa chance de l'emporter. A de nombreuses reprises elle reviendra puis repartira avant de se rendre." Mirroir, tu es la plus belle de la session..." pour l'instant...

 

 <<  Il aura fallu 3 jours avant que cette magnifique carpe n'accepte mes billes poisson. Comme souvent elles m'offrent les plus beaux poissons de la session.  La fraicheur et la qualité, ça fait forcement la différence à un moment ou à un autre.

 

La matinée se termine et je vais bientôt devoir partir. A vrai dire j'ai un peu rempli mon contrat pour mes adieux à la Scène (pardon Seine*). Je retourne déposer le montage et en profite pour descendre la totalité du reste de mes appâts en zone sur le poste.

L'orage commence à gronder au loin, un ami passe me rendre visite, à peine est il arrivé que la canne déposée redémarre. Au contact je reconnais l'espèce qui a aspiré... Quelques minutes et j'apercois des moustaches et un dos marbré.. hurlement sur le pod, et mon visiteur se retrouve avec une canne et un silure dans les mains, je prends l'autre départ, après un combat mouvementé (question logistique avec l'épuisette) une nouvelle mirroir trouvera le tapis.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chaos dans les abysses c'est fini, à présent je ne pêcherais plus la Seine, ce sera la Vienne et ses grands lacs. Mon objectif a toute fois été atteind. Prendre des carpes en évitant au maximun les silures. Un jour peut être je reviendrai hanter les berges du fleuve. Une chose est certaine, je garderai en mémoire toute ma vie les instants que j'ai vécus ici.

 

 

 

 

 

 Maco Capa.

 

 

 

Thème: Sessions de pêche | Département: Seine et Marne (77) Lien permanent | Voir les 20 commentaires
Tags: - - - - -

10 pages  «1 2 3 4 5 6 7 8 9»

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2020 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 2 Avril 2012 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages