Accueil PowerCarp
2634 articles 627 blogs
17983 photos 1412 albums
8 enduros 0 annonces
5063 vidéos 74 lieux

Affichage de la liste des articles sur la pêche de la carpe associés au tag bouillette

Articles de pêche de la carpe associés au tag bouillette

Flux RSS des articles de pêche de la carpe associés au tag bouillette

La pêche en gravière à faible densité.

Votez pour cet article:Je vote pour cet article23
Article de MacoCapa publié le 16 Janvier 2013 à 06:18 dans le blog Maco Capa. Philosophie Carpiste. 77.
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

 


 

La pêche en gravière à faible densité.

Approche et amorçage. 

 


 

 

 

Partout dans l'hexagone gravières et sablières ont été creusées. Les matériaux extraits destinés à la construction des infrastructures ont laissé place à des masses d'eau aux caractéristiques différentes. Tantôt profondes et enclavées ou bien largement ouvertes et à faible profondeurs, leurs profils varient en fonction de la nature des sols rencontrés, des techniques d'extractions misent en oeuvre. Dès le début des extractions les trous formés sont empoissonnés, mais il faut bien souvent de très longues années avant qu'ils développent un réel intérêt pour la pêche de la carpe. Dans un premier temps on peut caractériser les jeunes sablières et gravières comme des milieux pauvres. La productivité y est faible, notamment lorsque les eaux sont profondes et troubles. La production primaire (végétale) est primordiale afin qu'un éco-système s'établisse. La biodiversité est donc, dans les  gravières à faible densité un aspect essentiel à prendre en compte afin de déterminer l’intérêt que peut avoir un plan d'eau. 

L'importance du repérage.

La carpe est un poisson grégaire, aussi sa répartition sur la masse d'eau est irrégulière. Un banc peut séjourner plusieurs heures par jour, pendant des mois au même endroit, effectuant des allers et venues réguliers d'un point A à un point B sans jamais dévier d'un mètre. A contrario certaines zones, voir même plusieurs hectares ne sont JAMAIS visités par aucune carpe pendant de très longue périodes. Le repérage, la suivie des poissons est donc une partie intégrante de la pêche. Float tube, mini zod, sont des atouts importants lorsque les berges sont impratiquables.

Dans les gravières à faible densité (inférieure à 2/3 poissons hectares), lorsque la pression de pêche et la présence humaine  est faible  ou absente  les poissons sont souvent observables. C'est  bien à ces endroits qu'il convient de les pêcher. Les spots à privilégier sont bien-sûr les zones d'alimentation quoi qu'elles ne soient pas toujours évidentes à déterminer et l'on doit parfois se contenter de pêcher des tenues.  L'aide du marqueur sondeur est précieuse : Le marqueur permet de repérer les fonds durs, (bien souvent des "haut fonds") dans la majorité des cas les zones les plus intéressantes pour les raisons suivantes :

- Le montage ne disparaît pas sous la vase et reste pêchant.

- L'amorçage diffuse et ne s'enfonce pas dans la vase 

- Les zones  caillouteuses et rocheuses sont fréquentées par les écrevisses,                               et sont des supports pour les dresseines

- Les corbicules vivent dans un substrat de sable et gravillon.

Les pentes des berges qui présentent ces caractéristiques sont des zones très intéressantes, notamment quand une dense végétation pousse sur la berge et que les fonds sont très encombrés.

 La berge : un lieu de vie privilégié.

Le long du tombant de berge s'étale un écosystème ayant un fort attrait pour les carpes. Une partie de la nourriture naturelle peut provenir d'au-dessus de la surface, ce qui tombe des arbres. Les végétaux qui poussent à moitié dans l'eau sont des cachettes pour de nombreuses espèces qui constituent une source éventuelle de nourriture. Dans les pentes, lorsque le substrat rocheux/sableux... est à nu, les écrevisses y fondent des colonies. Mollusques et autres habitants discrets trouvent dans la proximité de ces divers habitats leur propre lieu de villégiature idéal. Les arbres surplombant, affaissés ou totalement coulés sont des lieux de repos recherchés par les gros cyprins.  Lorsque cela est possible, il est extrêmement instructif de longer les bordures côté eau. De bonnes Waders sont conseillées. Depuis l'eau des détails à peine perceptibles du bord sautent aux yeux. Berges creuses, évolution de la profondeur, nature des sols par sensation sous la semelle, présence de colonies de mollusques (remonter pierres et branchages immergés).  Avec un peu d'habitude il est aisé de discerner les fonds visités par les poissons. On y observe des traces de grouinage et parfois même le fond semble méticuleusement nettoyé.                                                        

   En cherchant bien on trouve également des traces de pêche...^^ 

L'influence des vents, des températures.

Les masses d'eau se déplacent en fonction des vents mais également des températures. Dans les gravières profondes l'effet du vent entraîne un brassage des masses d'eau, de températures et de taux d'oxygène différents. Un phénomène complexe à analyser, nous devons nous contenter de déterminer sommairement les paramètres qui nous intéressent, d'autant plus que l'influence saisonnière et le développement de la vie à une influence également. Voici quelques règles générales qui sont à prendre en compte pour optimiser les chances de capture :

- Les carpes s'abritent du vent lorsqu'elles stagnent en surface l'été.

- Elles suivent le vent lorsque celui-ci pousse la nourriture (bourre, pain, insecte). 

- L'hivers elles occupent les zones plus profondes et plus chaudes.

- En cas de température élevée et de taux d'oxygène bas elles se mettent en activité berge battue par les vents.

- Au printemps les carpes se dirigent vers les frayères lorsque l'eau atteint sur celle-ci environ 17 degrés.

N'oubliez cependant pas que la pêche est une science relativement inexacte... du moins, nos capacités d'analyse trouvent leurs limites et les cas particuliers sont nombreux, propres à chaque milieu.

 

 L'amorçage.

Voici une règle tant approximative qu'adaptable quand à la mise en amorçage d'un spot sur moyen terme (6/8 jours). 

 

Un amorçage par jour est recommandé, cela dit bien souvent, il n'est possible que d'amorcer un jour sur deux. Dans ce dernier cas augmentez de 50% les volumes. Dans un premier temps, il convient de déterminer la quantité de poissons susceptibles de nettoyer la providentielle nourriture que vous allez  déposer. Si les brèmes et autres poissons blancs sont nombreux comptez que, en moyenne, 1 à 2 kilos de graines peuvent tout à fait être avalés par ces derniers  chaque heure ! Ainsi 5 kilos de maïs pourraient ne pas faire une journée au fond sans qu'une seule carpe n'en mange un seul grain. Plus sélective mais néanmoins consommable par une grande partie des indésirables la bouillette à un grand intérêt. Un panache allant de 20 à 30mm est tout indiqué, sachant que les 20mm seront consommés rapidement par les indésirables. L'exemple ci-dessous correspondrai pour un lieu avec une présence modérée d'indésirables, et en cible une petite dizaine de carpes.
 

Jour 1 à 3 :  10 kilos de graines/pellets, 1,5 kg de bouillettes 20/30

Jour 4 à 6 :  7 kg de graines/pellets, 2,5kg de bouillettes 24/30

Jour 7 à 8 :  3/4 kg de graines/pellets (largement étalés), 3/4Kg de bouillettes 24/30      Une coco de 20+ rentrée sur un spot amorcé à l'avance.^^

→  La réduction des volumes et l'augmentation des diamètres mettent les poissons en compétition alimentaire, tout en sélectionnant leur taille. 
 
Généralement, on place les montages soit sur des spots précis, soit en quadrillant la zone. Afin de limiter les touches d'indésirable et suivant la logique d'amorçage, il conviendrait d'escher respectivement les montages avec un chapelet de graines, un tricheur bille de 24, une bille de 30, s'adaptant aux touches. Dans la mesure où les indésirables persisteraient à prospecter la zone et gêneraient la pêche, arrêter les rappels de graines, privilégiant les appâts de +24mm.
 
Les carpes sur les photos qui agrémentent cet article ont été prises sur le même ALT, suivant un raisonnement proche. Je vous souhaite la même réussite.
 
Amicalement,
 
Maco Capa. 
 
 

 3 poissons vers 20 et 2 aux alentours de 15 cette nuit là. Clin d'oeil

 

 

 

Thème: Carpe, poisson et biotope Lien permanent | Voir les 5 commentaires
Tags: - - - - - - - -

Retour à la p'tite rivière...

Votez pour cet article:Je vote pour cet article16
Article de Nico2Renn publié le 20 Octobre 2011 à 13:36 dans le blog N2R
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Après une année de pêche aux carnassiers, pas une seule carpe au compteur autant dire qu'une p'tite sortie est la bienvenue... Mi-septembre Arno passe me voir pour me proposer une session d'une nuit sur la rivière où nous avions fait quelques beaux poissons l'automne dernier... 

Bref, après quelques recherches via le sat nous trouvons une petite ligne droite d'environ 50m, un virage à chaque extrémité, quelques arbres couchés dans l'eau... un coin qui sent la carpe quoi!

Nous passerons la veille pour amorcer, le coin n'a pas l'air très fréquenté si l'on en croit la végétation bordant le cours d'eau, du tout bon jusqu'ici... Pour l'amorçage quelques poignées de pellets et de billes sur les virages. En fait notre approche est simple, on se poste en plein milieu de la ligne droite pour pouvoir pêcher les virages avec un peu de recul...

  

Le jour J nous arrivons en fin d'après midi. En sortant de la voiture nous entendons ce qui ressemble au son d'une tronçonneuse... En arrivant en bas au bord de l'eau nous constatons qu'une équipe d'agriculteurs est en train de "s'occuper" de la berge opposée... Tout y passe, végétation au sol, arbres, certains tombent carrément dans l'eau proche de nos coups... Horreur ! C'est pire que la poisse, on en rigole tellement que c'est con...

Bien décidés à tenter notre chance nous installons tout de même le matos, vers 19h00 nos lignes pêchent, nos amis agriculteurs s'arrêtent de bosser laissant derrière eux un calme bien appréciable. 

Dans la soirée nous aurons quelques bips de brèmes, nous en sortirons d'ailleurs une belle d'environ 50cm sur les coups de 22h00, après ça plus rien de la nuit...

Le lendemain matin nous serons réveillés par un bruit de........   tronçonneuse! Horreur ! Dur dur le réveil, pas un départ, un vacarme de fou... 

Nous décidons de laisser les montages pêcher au moins les deux premières heures du jour au cas ou... Au fur et à mesure que le temps passe les agriculteurs s'éloignent, le calme reprend peu à peu...

Il est 8h30, nous commençons à songer sérieusement à plier et c'est à ce moment là qu'un poisson se décide à me faire une touche yoyo...

-"P.t..in encore une brème..."   

Tu parles, à peine la canne en main que la bobine du moulinet se dévide à fond... Là pas de doute c'est une carpe, au bout de quelques minutes le poisson arrive devant nous, Arno m'aide à l'épuiser... une carpe miroir, cool, elles sont vraiment rares ici...  

En y regardant de plus près certains détails nous mettent la puce à l'oreille...

-"J'le crois pas c'est la miroir de l'automne dernier..." 

Après vérification sur les photos nous aurons la confirmation qu'il s'agissait bien de la miroir de l'an dernier, un poisson que nous avions pris 1km en amont.

                                

Après la photo et la remise à l'eau du poisson nous plions bagages bien conscients d'avoir frôlé le capot...Mort de rire Une session qui n'avait pas très bien commencé mais qui se termine par une bonne surprise, encore une fois ça nous a prouvé qu'il faut toujours y croire jusqu'au dernier moment... 

 Bonne pêche à tous! 

Thème: Sessions de pêche Lien permanent | Voir les 8 commentaires
Tags: - - -

sondage bouillette

Votez pour cet article:Je vote pour cet article5
Article de carp80 publié le 19 Juillet 2011 à 20:32 dans le blog canal 80
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

salut a tous je souhaiterai un sondage sur les type de bouillette qu'il y a sur le marcher 

seula peut etre interaissent pour les debutant comme les confirmer  

il suffit juste de donnée : la marque   du produit

                                        le parfum

                                        le diametre

                                        le type de plans d'eau ou elle marche le mieu(canal etang lac ... )

                                        les bouillettes a évité  car elle ne donne rien 

 

            merci par avance a tous et merci de la par que sa aidera

 

 pour ma par :     ddbait (prologic) 16 mm kiwy avec le booster ddbait tres bon resultat en canal

                           ddbait 16 mm banane avec booster ddbait un passe  partout qui mas sauver la mise plusieur                                  fois en enduro

                           funfishing monster crab 20mm avec booster ddbait monster crab un passe partout

                           carpspirit moule ecreuvisse 20mm les petit paquet 250g noire  a 3euro de tres bon resultat en                                canal sur du gros poisson 

 bouillette a eviter car aucun resultat de chez rien 

                           funfishing herbe gazon et la magdog

                            

Thème: Appâts et amorces | Département: Somme (80) Lien permanent | Voir les 7 commentaires
Tags: -

Pêche de l’extrême, le silure à la bouillette

Votez pour cet article:Je vote pour cet article20
Article de MacoCapa publié le 23 Juin 2011 à 05:37 dans le blog Maco Capa. Philosophie Carpiste. 77.
Signaler cet article sur la pêche de la carpe au Webmaster Envoyer cet article sur la pêche de la carpe à un ami par email

Blog de Maco Capa, Philosophie Carpiste.

 Sourire

 


Pêche de l’extrême, le silure à la bouillette.

 


 

Alternative à la pêche au vif qui est interdite la nuit, ou recherche spécifique, la pêche du silure à la bouillette offre des sensations incroyables.

Ces dernières années, l'explosion démographique de cette espèce dans la majorité des grands fleuves et lacs permet d'entreprendre une nouvelle pêche très intéressante, proche de la pêche de la carpe. Les moeurs de Silurus Glanis sont passionnantes. Méconnues bien souvent, vous attarder sur le sujet vous apportera sans aucun doute des souvenirs exceptionnels.

 

Un peu d'histoire... 

Originaire du bassin du Danube, le silure est apparut en France au cours des années 70.  Les premières captures médiatisées  eurent lieu dans la Seille, puis le Rhône ainsi que la Saône.

Dans la Seine, à la fin des années 90 quelques poissons étaient déjà capturés, mais l'extension amont Paris date du début des années 2000. A présent tout le réseau hydrographique (Yonne, Marne, Oise...) est peuplé.

A la même période (1990/2000) des populations faisaient émergence dans la Garonne et affluents, dans le bassin de la Loire également.

 

Le matériel nécessaire :

Le montage en lui même est similaire à celui utilisé pour la pêche de la carpe.

Le corps de ligne doit être à la mesure du poisson recherché. Une tresse de 25 kilos, ou un nylon d'une résistance similaire. En bas de ligne, les tresses destinées à la pêche en milieux tranchants sont les plus conseillées, un fluocarbone ou nylon pour tête de ligne de 60/70 centième fait aussi l'affaire. La longueur de 40/50 centimètres en rivière est adéquate.

Pour les Hameçons, un 4/0 est idéal. >>

Des cannes de 3,5 lbs font l'affaire. Pour les spécimens, une canne à spoder est plus recommandée.

Le moulinet doit être puissant, d'un frein supérieur à 10/12 kg.

 

 

Les appâts.

Les silures ont un sens olfactif assez développé, c'est une opportunité. Des tests réalisés avec des forts sucrants ont montré l'intérêt du silure pour le sucre, avec une moyenne de capture relativement basse. L'usage d'appâts carnés  très riche donne les meilleurs résultats tout sujets confondus. La taille idéale des appâts se situe entre 30 et 40 mm, cela permet d'être sélectif et d'écarter la nuisance des poissons blancs.  Les pellets sont aussi efficaces mais la rapide dissolution oblige à vérifier souvent les montages, il vaut donc mieux les utiliser en amorçage.

 

L'amorçage.

L'amorçage idéal, selon les tests réalisés, nécessite un pré-amorçage la veille tel qu'il est décrit ci-dessous.

Il est constitué de graines fines afin d'attirer les poissons blancs nourriture naturelle du silure, de pellets de 25mm et de quelques bouillettes de gros diamètre.  L'idéal est de propulser les graines avec du method correspondant à la bouillette utilisée. Les effluves olfactives donnent connaissance de la source de nourriture aux silures et attirent aussi les poissons blancs. Voici un amorçage type : 3kg de blé, 5 kilos de pellets de 25, 1 kilo de bouillettes de 30mm. A chaque capture de silure, un rappel est essentiel afin de fixer les poissons sur le coup.

 

 Ou pêcher ? 

Les  gros silures affectionnent les zones profondes plus ou moins encombrées, mais la nuit ils vont souvent le long des berges à la recherche de nourriture. 

Une bonne stratégie, lorsqu'on pêche à 4 cannes est d'exploiter 2 spots différents. En rivière par exemple, 2 cannes en bordure ou bas de cassure, et 2 cannes dans le lit. Les barrages sont toujours d’excellents spots. 

En plan d'eau les zones les plus irrégulières sont souvent celles qui abritent les populations, il convient donc d'insister sur ces secteurs. Il faut savoir que si les silures ont une tenue de prédilection, il n'en demeurent pas moins mobiles afin de s'adapter, notamment en période d'alimentation.

Lors de la fraie des poissons blancs, les silures se rassemblent et fréquentent les frayères, têtent les supports de ponte. Une opportunité pour pêcher un grand nombre de poissons.

 

 

Comment rendre son appât attractif?

L'utilisation de gros appâts enrobés ont plusieurs avantages : forte attractivité grâce à la dissolution de l'enrobage, résistance supérieur à l'attaque des poissons blancs, présenter un intérêt pour le silure de par la taille de la bouchée. Il ne faut pas hésiter à poser 2 bouillettes de 30MM, elles paraîtront bien petites dans la gueule d'un poisson d'1,50 mètre. Les huiles de poissons entre autres sont intéressantes, les sucres également ont donnés des résultats.

 

Lors de combats il faut savoir être patient, les silures font des combats lents, puissants, sondent longuement avant de se laisser revenir doucement. Généralement, le silure, une fois arrivé sous le scion se cale tête en bas et pagaye pour rester scotché au fond, puis il dégaze, remonte en surface. Lors du premier contact avec le poisson à la main, il est courant qu'il remette un gros rush. N'oubliez pas les gants, de cuir ou synthétique lisse et épais de préférence. En effet les dents fines qui parent le bord de la gueule ont tôt fait de s'accrocher dans les mailles d'un gant en tissus et en cas de "raté" ils restent dans la bouche du géant. Une pince pour décrocher vous sera utile, une bâche au sol ou un grand tapis de réception. Si vous possédez un bateau, aller combattre sur l'eau est soit nécessaire soit confortable, en tout cas la sensation est au rendez vous!

 

 

 

 

 Maco Capa.

 

 



 Max, lors de test. TEST 3/ PEP'S RED.

Thème: Stratégie et tactique de pêche Lien permanent | Voir les 7 commentaires
Tags: - - - - - -

14 pages  «1 2 3 4 5 6 7 8 9»

Aide - Config - Logos - Annonceurs - Copyright © 2000-2020 PowerCarp - Tous droits réservés - Contact - Charte - C.G.U. - Nouveautés
Connexion - Inscription - Fils d'information RSS - Dernière évolution: le 2 Avril 2012 - Plan du site - Téléchargements
CarpCup - PowerPredator - PowerAngling
Google
Domaine des Carpes Sauvages